Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Attaque à la préfecture de police de Paris

Agression à la préfecture de police de Paris : quatre personnes tuées, l'assaillant abattu

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu, France Bleu Paris

Un agent administratif a tué quatre personnes, ce jeudi midi, à la préfecture de police de Paris. L'homme les a attaquées avec un couteau avant d'être abattu. Une personne est grièvement blessée. Ses motivations sont pour le moment inconnues.

Le quartier autour de la préfecture de police a été bouclé.
Le quartier autour de la préfecture de police a été bouclé. © AFP - Martin Bureau

Paris, France

Un homme armé d'un couteau s'en est pris à des fonctionnaires à la préfecture de police à Paris, ce jeudi vers 13h. Quatre personnes sont mortes, et une cinquième est grièvement blessée. L'assaillant, lui-même employé à la préfecture, a été abattu. Les raisons de son acte sont pour le moment inconnues.

L'essentiel

  • Quatre personnes ont été tuées lors d'une attaque au couteau à la préfecture de police de Paris, une cinquième a été hospitalisée "en urgence absolue".
  • L'auteur de l'agression, abattu, était employé de la Direction des renseignements à la préfecture.
  • Le parquet antiterroriste n'a pas été saisi de l'affaire pour le moment, les enquêteurs travaillent sur la piste d'un conflit personnel.
  • Une enquête est ouverte, notamment pour "homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique".
  • Emmanuel Macron, Édouard Philippe (Premier ministre), Christophe Castaner (ministre de l'Intérieur) et Anne Hidalgo (maire de Paris) se sont rendus sur place.

.

Le fil de la journée

22h00 : C'est la fin de ce direct, merci de l'avoir suivi. Vous retrouvez l'ensemble des informations sur l'agression qui s'est produite ce jeudi 3 octobre à la préfecture de police de Paris dans cet article.

21h10 : "Nos pensées vont à nos collègues tués et à leurs familles que nous n'abandonnerons pas" a twitté la préfecture de police dans la soirée.

19h30 : En déplacement à Rodez (Aveyron) pour un débat sur la réforme des retraites, Emmanuel Macron a déploré un "véritable drame". Le chef de l'État a demandé aux participants de faire une minute de silence en hommage aux fonctionnaires de police tués.

18h12 : Emery Siamandi est interprète. Il était à l'intérieur de la préfecture de police lorsque l'agression s'est produite. Écoutez son témoignage.

17h13 : Le périmètre de sécurité a été allégé sur place, la circulation est de nouveau autorisée sur l'île de la Cité.

16h58 : La femme de l'agresseur a été placée en garde à vue. Une perquisition a lieu au domicile de l'auteur des faits, dans le Val-d'Oise.

16h43 : Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, annonce de son côté que l'enquête est ouverte pour des faits "d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique". Il confirme que c'est le parquet de Paris qui est pour le moment chargé de cette enquête, et non le parquet antiterroriste.

16h41 : Le ministre de l'Intérieur vient à la rencontre des journalistes. Christophe Castaner explique que l'auteur de l'agression, âgé de 45 ans, n'a "jamais présenté de difficultés comportementales".

16h33 : La brigade criminelle et l'inspection générale de la police nationale sont pour le moment chargées de l'enquête.

16h31 : Sur les quatre victimes, trois sont des hommes membres de la Direction des renseignements. La quatrième est une femme, fonctionnaire de la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne. La cinquième victime, transportée en urgence absolue à l'hôpital, est un fonctionnaire de la Direction des ressources humaines.

16h28 : L'agresseur est ensuite descendu dans la cour de la préfecture, où un policier lui a demandé de lâcher son couteau. Face à son refus, ce dernier a ouvert le feu avec un fusil mitrailleur, le touchant à la tête.

16h26 : Selon les dernières informations qui nous sont fournies par la police, l'homme a d'abord attaqué trois policiers dans deux bureaux du premier étage de la préfecture. Il a ensuite agressé deux femmes dans un escalier, avec un couteau de cuisine, toutes les deux affectées à des services distincts du sien.

16h09 : Nicole Belloubet, garde des Sceaux, a réagi depuis l'Assemblée nationale et a fait part de "[son] soutien le plus total".

16h03 : Une perquisition est actuellement en cours au domicile de l'assaillant, en région parisienne.

15h50 : Le bilan pourrait s'alourdir, car une cinquième personne a été évacuée "en urgence absolue" vers l'hôpital d'instruction des armées Percy, selon l'AFP.

15h48 : Le parquet précise que les enquêteurs de la police judiciaire continuent de creuser la piste d'un conflit personnel, mais la situation est en cours d’évaluation avec le parquet national antiterroriste.

15h35 : Rachida Dati, maire du 7e arrondissement de la capitale, s'est déclarée "profondément choquée" sur Twitter. Le député (LREM) de Paris et candidat aux municipales Cédric Villani a de son côté expliqué "être sous le choc".

15h10 : Selon l'AFP, le parquet antiterroriste n'a pas été saisi à ce stade de l'affaire. Les enquêteurs explorent la piste d'un conflit personnel.

15h06 : Emmanuel Macron est à son tour arrivé à la préfecture de police. Il est venu "témoigner son soutien et sa solidarité à l’ensemble des personnels", a fait savoir son entourage.

15h05 : Un "moment de recueillement" a également été observé à l'Assemblée nationale. 

15h03 : Anne Hidalgo, maire de Paris, dénonce une "effroyable attaque" et annonce qu'un hommage sera rendu aux victimes lors du Conseil de Paris.

14h52 : Une cellule psychologique a été mise en place au sein de la préfecture de police.

14h51 : Le scénario du drame se précise également. Le début de l’agression s’est produit au sein de la Direction des renseignements de la préfecture de police. L’assaillant a ensuite été abattu de plusieurs coups de feu dans la cour.

14h50 : On en sait un peu plus sur l'agresseur, employé à la préfecture. L'homme, sourd et muet, était agent administratif à la Direction des renseignements, il avait 20 ans de service à son actif. "Il ne posait strictement aucun problème", a expliqué sur place Loïc Travers, membre du syndicat Alliance police nationale. Aucune information pour le moment quant à ses motivations.

14h45 : Le Premier ministre Édouard Philippe et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont également rendus sur place.

14h40 : Selon l'AFP, les quatre victimes sont des policiers.

14h36 : Le dernier bilan fait état de quatre personnes tuées par l'assaillant, lui-même abattu.

14h30 : Notre journaliste sur place constate une présence massive de véhicules de secours, police et pompiers.

14h10 : Selon franceinfo, le dernier bilan fait état d'une personne tuée. La mort de l'assaillant est confirmée également.

14h : L'assaillant a été neutralisé, il a reçu plusieurs balles. Il y a au moins deux blessés en tout.

13h59 : L'assaillant est lui-même un fonctionnaire de la préfecture. Armé d'un couteau, il était dans la cour du bâtiment lorsqu'il s'en est pris à deux femmes, fonctionnaires elles aussi.

13h50 : Le ministre de l'intérieur Christophe Castaner et le préfet de police sont sur place. Un périmètre de sécurité a été établi autour du bâtiment.

13h42 : La RATP annonce que la station Cité, sur la ligne 4, est fermée.

13h30 : Deux policiers ont été attaqués avec une arme blanche ce jeudi midi à la préfecture de police de Paris. L'homme est entré à l'intérieur du bâtiment. Les policiers ont répliqué avec leur arme de service. L'assaillant a été tué. Au moins un policier est blessé.

  - Aucun(e)
-
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu