Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Double meurtre dans les Cévennes

Double meurtre dans les Cévennes : un homme a tué par balle son patron et un collègue aux Plantiers

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Gard Lozère, France Bleu, France Bleu Hérault

Deux hommes ont été abattus ce mardi matin, dans la commune des Plantiers, dans les Cévennes. Un important dispositif de gendarmerie est sur place. Les habitants sont confinés.

Gendarmerie du Gard. Logo
Gendarmerie du Gard. Logo © Radio France - Sylvie Duchesne

Vers 8h30 ce mardi matin, deux hommes ont été abattus aux Plantiers, dans les Cévennes (Gard), une commune de 260 habitants. Un village entre Lasalle et Saint-André-de-Valborgne. Le suspect aurait pris la fuite. Il s'agit apparemment d'un salarié d'une scierie de la commune, la scierie Teissonnière. "C'est un tireur sportif, connu du parquet mais essentiellement pour toute une série de plaintes avec l'ancien maire de la ville et ses assistants", a déclaré en fin de journée François Schneider, procureur de la République d'Alès. Il a également précisé que l'homme était "en conflit avec son employeur" à la scierie, "pour des problèmes d'horaires de travail".

Les victimes : le patron de l'entreprise et un autre employé. Le tireur est armé et activement recherché. Selon les informations de France Bleu Gard Lozère, un témoin a assisté à la scène, il s'agit d'un autre salarié de l'entreprise. Sur la base de son témoignage direct, le magistrat a fait un récit des faits. Vers 8H00, "l'employé n'a pas salué son patron qui le lui a fait remarquer, mais gentiment. A ce moment-là, le mis en cause a sorti une arme de poing et a immédiatement ouvert le feu, le tuant de plusieurs balles dans la tête".  "Un des employés a tenté de s'interposer, sidéré par la situation" et il lui a aussi tiré dans la tête, le tuant sur le coup. Le témoin a donné l'alerte peu après. Le mis en cause "est rentré chez lui, aurait récupéré une arme et serait reparti dans la forêt", a conclu le magistrat.

Le tireur en fuite

L'homme, âgé de 29 ans et marié, est licencié dans un club de tir. Selon François Schneider, le procureur d'Alès, il a fui dans la forêt. Il est activement recherché par les gendarmes déployés sur place. Une cellule de crise est mise en place à la mairie. Le tireur présumé a une "personnalité très particulière, très procédurière et qui visiblement avait beaucoup de mal à admettre certains faits qu'il avait dénoncés et qui n'étaient manifestement pas caractérisés", a poursuivi le procureur, ajoutant qu'il avait depuis "quelque temps un comportement assez inquiétant de type paranoïaque". Il avait connu des conflits avec l'ancien maire du village et "était également en conflit avec son employeur pour des problèmes d'horaires de travail", a ajouté François Schneider. Il n'est pas connu de la justice pour des faits de violences mais pour des procédures à l'encontre de la mairie, avec plusieurs plaintes déposées. Et il devait prochainement comparaître devant le tribunal correctionnel pour atteinte à l'intimité de la vie privée après avoir enregistré une audition avec des gendarmes

La mairie a demandé à tous les habitants de la commune de rester confinés chez eux. Les enfants ont été retirés des écoles pour rentrer chez eux. L'homme est "armé et dangereux". Il serait retourné chez lui, après la fusillade, pour prendre d'autres cartouches. Le meurtrier présumé était "en conflit" avec son employeur et manifestait ces derniers temps "un comportement de type paranoïaque", a déclaré le procureur d'Alès.

Laurette Angéli, maire de Saumane, a pris en charge les enfants, qui sortaient de l'école : "C'est un regroupement pédagogique, il y avait les enfants des trois villages concernés; quatorze enfants au total. Ils étaient en bus et ont vu le barrage des gendarmes. Ils sont très choqués, ils ont entendu quelques mots du témoin des deux meurtres, qui lui aussi était très choqué, il avait besoin d'en parler ce qui est tout à fait normal. Des enfants choqués aussi par la situation. L'inspecteur d'Académie et un  psychologue sont venus dans l'après-midi, les ont écoutés, c'était parfait".

Au total, plus de 200 gendarmes sont déployés sur le secteur, avec au total sept hélicoptères en appui. Le GIGN est sur place.

"Le terrain de chasse est assez important", mais "nous avons déjà délimité une zone", le gendarme Bertrand Michel, de la section de recherches de Nîmes

L'une des victimes, 32 ans, habitait la commune voisine de Saumane. "C'est Martial, qui est là depuis peut-être une dizaine d'années avec sa compagne. C'est un jeune qu'on était nombreux à bien connaître, confie émue la maire Laurette Angéli. Sa passion, c'était la pêche. Forcément, ça nous touche tous ici. On ne réalise pas encore tout ce qu'il s'est passé. A part un coup de folie, il n'y a pas d'explication".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess