Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un militaire de Besançon condamné à un an de prison pour agression sexuelle

mercredi 20 juillet 2016 à 19:00 Par Naïs Esteves, France Bleu Besançon

Le militaire de 32 ans basé à Besançon s'était introduit le 11 juin 2016 au domicile d'une adolescente de 15 ans sur laquelle il avait "flashé" en boîte de nuit. Le tribunal l'a condamné à un an de prison ferme et trois ans de suivi socio-judiciaire.

Le tribunal de grande instance de Besançon
Le tribunal de grande instance de Besançon © Radio France - France Bleu Besançon

Besançon, France

Un an de prison ferme pour agression sexuelle et violation de domicile. C'est la peine prononcée mercredi 20 juillet par le tribunal correctionnel de Besançon contre un militaire de 32 ans du quartier Joffre.

Le militaire avait fait la rencontre d'une adolescente de 15 ans en boite de nuit, il y a un ou deux ans. Il a alors "flashé" sur elle, selon ses mots. L'homme la croise à nouveau dans la rue à Besançon il y a quelques mois et la suit jusqu'à son domicile du quartier de la Butte. A plusieurs reprises, des voisins l’aperçoivent caché dans les buissons qui donnent sur la fenêtre de la chambre de l'adolescente, au rez-de-chaussée. Au début, à visage découvert, puis cagoulé.

La première intrusion date du 8 juin, de jour. Les deux filles de la famille sont présentes, comme le père mais c'est la mère qui ouvre la porte-fenêtre avant de repoussé l’agresseur et de prévenir la police. Le 11 juin, il revient à l'appartement à 4h du matin après une soirée très arrosée. Les parents sont absents. Tout comme la jeune fille de 15 ans. Mais il y a sa grande sœur dans la chambre et deux amis dans le salon. L'homme s'approche alors de la jeune majeur de 18 ans allongée sur le canapé, lui caresse les cuisses, remonte aux fesses et lui intime l'ordre de se déshabiller sous la menace de la lame de son cutter.

Le militaire ne se souvient pas de l'agression sexuelle

Les cris de la jeune femme alertent alors les jeunes présents. Dans la bagarre, la fille de la famille de 18 ans est blessé à deux reprises aux joues mais parvient à le mettre à terre avec une clé de bras avant de s'enfermer avec ses amis dans une pièce, de prévenir la police et une voisine. A l'arrivée des forces de l'ordre, l'homme a quitté les lieux mais il est retrouvé à 4h40 non loin du domicile. Il est fortement alcoolisé avec près de deux grammes dans le sang. Il a d'ailleurs déjà été condamné deux fois pour conduites en état alcoolique.

En garde à vue, comme lors de son expertise psychiatrique, le militaire dit ne pas se souvenir de l'agression sexuelle. La procureur relève pourtant une autre affaire. En 2010, il avait été surpris en train de reluquer une collègue militaire sous la douche. L'armée l'avait alors sanctionné en interne.

Pour cette agression sexuelle et ces intrusions, le parquet a requis deux ans de prison et un suivi socio-judiciaire de 5 ans avec obligation de soins. Le tribunal l'a finalement condamné à un an de prison ferme avec maintien en détention. Il fera l'objet d'un suivi socio-judiciaire de trois ans à sa sortie. Le tribunal a aussi prononcé une interdiction de port d'arme et d'entrée en contact avec la famille qu'il devra indemniser.