Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Vacances de Noël : la grève ou la trêve ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les syndicats maintiennent la pression sur le gouvernement sur le front des retraites, ils veulent un retrait pur et simple pour mettre un terme au mouvement, faute de quoi ils menacent de bloquer les transports pour Noël. Comme en 1995 ? Le politologue Michel Verpeaux nous répond.

Michel Verpeaux, le politologue de France Bleu Bourgogne
Michel Verpeaux, le politologue de France Bleu Bourgogne © Radio France - Arnaud Racapé

Y aura-r-il une trêve à Noël ? Les syndicats maintiennent la pression sur le gouvernement sur la réforme des retraites, à la veille de la troisième journée de grève interprofessionnelle. Michel Verpeaux, prof de droit constitutionnel et politologue, répond aux questions de France Bleu Bourgogne. 

1995 - 2019 : pas les mêmes situations

Pour lui, la comparaison avec 1995 n'est pas forcément appropriée. "Sur les plans syndical et économique, c'est difficile de comparer. On peut seulement se situer sur le plan politique. Ce n'est pas tout à fait pareil. En 1995, le président Chirac est élu avec un certain programme, mais en face il y a une vraie opposition politique, le parti socialiste essentiellement. Aujourd'hui la situation est différente, en terme d'alternative, ce n'est pas tout à fait la même chose. _Pour parler clairement, il y a le Rassemblement national, et puis un certain éclatement des oppositions._"

"En France, il est extrêmement difficile de dialoguer"

Le gouvernement doit-il poursuivre les discussions ? Toute la question est là, et Michel Verpeaux se garde bien d'y répondre : "on voit déjà qu'il lâche du lest sur un certain nombre de questions avec les syndicats dits 'réformistes', avec les policiers. Est-ce qu'il va aller plus loin, ou abandonner sa réforme, comme l'avait fait Alain Juppé en 1995 ? Ce qui est sûr c'est que le gouvernement n'a peut-être pas très bien joué le coup avec les syndicats réformistes (CFDT, Unsa, ndlr). Mais il y a un problème plus large qui est qu'en France, il est extrêmement difficile de dialoguer, par rapport à d'autres pays voisins. La moindre réforme suscite ce genre d'affrontements, nous sommes un pays en permanente ébullition." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu