Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaches en divagation : les plages de Mare e sole et Verghja toujours interdites et bientôt clôturées

-
Par , France Bleu RCFM

Un arrêté préfectoral interdit depuis le 15 juin l’accès aux plages de Mare e sole et Verghja afin de prévenir le risque d’accident avec les vaches en divagation. Les maires de deux communes concernées souhaitent clôturer le site et stériliser les bêtes pour éviter leur abattage.

Les vaches sauvages ont pris leurs habitudes sur les plages de Verghja et Mare e sole depuis des années
Les vaches sauvages ont pris leurs habitudes sur les plages de Verghja et Mare e sole depuis des années © Maxppp - PIERRE-ANTOINE FOURNIL

C’est une histoire qui se répète chaque été sur les plages de Mare e sole et Verghja, sur les communes de Pietrosella et Coti-Chiavari. « On est malheureusement au énième épisode de gestion de ce troupeau de bovins sauvages qui continuent à transhumer entre le col de Gradello et la plage de Mare e sole », déplore Jean-Baptiste Luccioni, le maire de Piettrosella. « Le troupeau a été abandonné il y a une cinquantaine d’années mais il a gardé le fonctionnement qu’il avait du temps où c’étaient des animaux domestiques. » 

Plages interidtes

Ce troupeau de plusieurs dizaines de têtes, « présentent un danger pour la sécurité des personnes et des biens », précise-t-on du côté de la préfecture. « Plusieurs accidents, occasionnant des blessures graves aux personnes, ont été rapportés par le passé. Le dernier accident a eu lieu le samedi 19 juin au matin. La personne qui a été chargée par une vache a été hospitalisée à Ajaccio avec des contusions et des coupures. Elle a déposé une plainte à la gendarmerie ».

La gendarmerie a été chargée de surveiller l’application de l’arrêté préfectoral. Ce dernier, indique que les plages « sont interdites d’accès, de fréquentation et de baignade tant que les bovins férals et non identifiés divaguent sur ces plages et que les sites (…) ne sont pas sécurisés ». 

L'arrêté préfectoral indique que les plages "sont interdites d’accès, de fréquentation et de baignade tant que les bovins férals et non identifiés divaguent sur ces plages"
L'arrêté préfectoral indique que les plages "sont interdites d’accès, de fréquentation et de baignade tant que les bovins férals et non identifiés divaguent sur ces plages" - DR

Une réunion entre les maires et le secrétaire général de la préfecture a été organisée sur site le 17 juin pour envisager les suites à donner mais le nouvel accident survenu sur la plage le samedi 19 juin a précipité les choses. 

Une clôture sur le domaine public maritime?

Après une réunion de travail entre la mairie de Coti-Chiavari et celle de Pietrosella, les deux communes ont proposé ce mercredi de clôturer les plages de Mare e sole et Verghja. Une clôture sur le domaine public maritime, qui permettrait de laisser une zone tampon sur le sable où les vaches pourraient rester tout en leur empêchant l’accès à la zone de baignade. 

L’idée de clôturer directement en bord de route avait été évoquée mais cela serait trop risqué car cela bloquerait les vaches sur la chaussée et multiplierait le risque d’accidents avec des véhicules, notamment la nuit. 

La plage de Mare e sole est très prisée par les touristes et les locaux
La plage de Mare e sole est très prisée par les touristes et les locaux © Radio France - Marion Galland

Si depuis plusieurs années des panneaux de signalisation sont posés chaque été et que les communes recrutent un agent afin de sensibiliser les touristes et les usagers de la plage sur le danger représenté par les bovins, ce n’est désormais plus suffisant. 

« L’idée est d’avoir une clôture pérenne, qui serait installée le plus rapidement possible », explique Jean-Baptiste Luccioni. « Ces clôtures permettraient également de préserver les dunes, il s'agirait de clôtures de type ganivelles, comme il y en a dans les zones gérées par le conservatoire du littoral, comme sur la plage de Campo dell’oro à Ajaccio.

Des travaux coûteux

Les communes ont donc conjointement demandé l’autorisation à la préfecture d’installer ces clôtures sur le domaine public maritime, mais également une participation aux frais engendrés. « C’est une décision préfectorale, donc il n’est pas juste que cela retombe sur les contribuables de Pietrosella et de Coti, c’est pourquoi nous demandons à l’Etat de nous accompagner, d’autant que l’arrêté préfectoral concerne le risque aux personnes et que le risque aux personnes est une compétence d’Etat».

Les travaux de clôture pourraient représenter plusieurs dizaines de milliers d’euros

Les deux maires ont donc fait cette proposition à la préfecture ce mercredi et attendent désormais une réponse afin de lancer les procédures en urgence. Si les choses vont vite, les clôtures pourraient être mises en place d’ici la mi-juillet, l’accès à la plage pourrait alors être à nouveau autorisé. Alors que la saison estivale a débuté, cet arrêté pénalise sérieusement les usagers mais également les professionnels qui disposent d’AOT sur ces plages. 

Eviter l'abattage

Trouver une solution à long terme s’avère plus compliqué. Il est par exemple impossible d’intégrer ce troupeau à celui d’un éleveur car ces bovins étant à l’état sauvage, aucune traçabilité n’est possible. Plusieurs pistes sont envisagées comme celle de les déplacer vers un terrain privé, mais cela serait également difficile car les bêtes ne sont pas domestiquées. « La capture et l’embarquement des bovins n’est pas envisageable, compte-tenu des risques de blessures aux personnes et aux animaux liées à de telles opérations sur des animaux ensauvagés », précise-t-on d’ailleurs du côté de la préfecture. Le maire de Pietrosella serait lui favorable à une campagne de stérilisation à l’automne, faite avec l’aide de vétérinaires qui se sont déjà faits connaître et qui pourraient intervenir bénévolement. 

« On endort les taureaux, puis les vétérinaires les stérilisent et on laisse tranquillement ce troupeau s’éteindre dans les années à venir. Ça prendra un certain temps mais cela permet d’éviter d’en arriver à solution extrême, à laquelle je ne suis pas favorable, celle de l’abattage». 

L’abattage, solution envisagée par la préfecture, qui a finalement décidé de reporter cette opération à l’automne, « en raison de la forte densité de personnes actuelle, sur les plages comme dans le maquis, afin d’éviter tout accident ».
 

Les associations de défense des animaux ont déjà fait savoir qu’elles se mobiliseraient afin d’empêcher l’abattage du troupeau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess