Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Val-de-Marne : vague de recours contre la prison de Fresnes où les conditions de vie sont inhumaines

jeudi 30 novembre 2017 à 16:23 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris

Le coup de gueule de l’Observatoire International des prisons contre la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne) commence à porter ses fruits avec une vague de recours déposés à la Cour Européenne des Droits de l’homme. Les témoignages sur les conditions de vie des détenus sont effroyables.

Prison de Fresnes
Prison de Fresnes © Maxppp - BEP/LESAGE/LE PARISIEN

Fresnes, France

Dix plaintes ont déjà été déposées contre cette prison pointée du doigt par deux organismes (la controleure générale des lieux de privation de liberté CGLPL et le Comité européen pour la prévention de la torture CPT). La CGLPL parle de "dysfonctionnements graves qui permettent de considérer que les conditions de vie des personnes détenues constituent un traitement inhumain et dégradant".

Promiscuité, vétusté, saleté, violence

La maison d’arrêt de Fresnes et l’une des plus grandes et des plus surpeuplées de France avec un taux d’occupation de près de 200% au début du mois de novembre. L’OIP parle "de la vétusté des locaux, d’une situation sanitaire désastreuse, d’un contexte de tensions et de violence particulièrement alarmant ou encore de l’insuffisance criante des activités proposées".

J'avais envie de vomir à cause des odeurs" - un proche de détenu

Un proche de détenu raconte : "La première fois que j’y suis allée, j’avais envie de vomir à cause de ces odeurs nauséabondes : un mélange d’égouts, de pisse, d’humidité et j’en passe… Une fois que l’on a traversé ce couloir glauque (je l’appelle le couloir de la mort), nous arrivons dans les cabines du parloir… Pourquoi sommes-nous punis ? Les personnes qui rendent visite n’ont rien fait pour être traitées de la sorte. Les cabines sont si petites, sales, puantes, on y suffoque, c’est un vrai cauchemar, moi qui suis claustro j’ai bien failli faire une crise lors de ma première visite". Ce témoignage a été reçu par l’OIP-SF en août 2017.

Des détenus s'adressent à la Cour européenne des droits de l'homme

Pour l’instant, partout en France, une trentaine de recours ont été formés auprès de la CEDH (Cour européenne des droits de l’homme) par des détenus dans les prisons de Nîmes, Ducos, Faa’a Nuutania ou Nice. L’OIP propose donc aux détenus de la maison d’arrêt des hommes de Fresnes d’amplifier le mouvement et de saisir directement la CEDH de leurs conditions de détention sans exercice préalable d’un recours en droit interne.

Les droits de l’Homme s’arrêtent à l’entrée de la prison de Fresnes. Ici, nous on n'a aucun droit" - Témoignage reçu par l’OIP-SF en novembre 2017

Les avocats, qui ont porté plainte, décrivent les conditions rapportées par leurs clients. L’une d’entre elle évoque, "l’odeur, le bruit, le climat de tension." "Quand je sors de cette prison, je suis épuisée, lessivée".