Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Val d'Oise : le jeune homme décédé souffrait "une infection très grave" selon le procureur

mercredi 20 juillet 2016 à 7:43 - Mis à jour le jeudi 21 juillet 2016 à 17:02 Par Samuel Aslanoff, France Bleu Paris et France Bleu

Des émeutes ont éclaté mardi et mercredi soir à Persan, Beaumont-sur-Oise et Bruyères-sur-Oise après la mort d'un jeune homme au moment de son interpellation par la gendarmerie. Selon le procureur, l'autopsie n'a pas relevé de "traces de violence significatives".

Quinze véhicules ont été incendiés lors de la nouvelle nuit de violence à Persan et Beaumont-sur-Oise
Quinze véhicules ont été incendiés lors de la nouvelle nuit de violence à Persan et Beaumont-sur-Oise © Maxppp -

Val-d'Oise, France

Selon le parquet de Pontoise, Adama Traoré, mort mardi lors de son interpellation par la gendarmerie  souffrait d'une "infection très grave, touchant plusieurs organes", et l'autopsie n'a pas relevé de "traces de violence significatives". Des "égratignures" ont été constatées, "mais rien de significatif",  a ajouté le procureur de la République de Pontoise. 

La cause de la mort  "semble être médicale chez un sujet manifestement en hyperthermie au moment où il a été examiné par services de secours", a poursuivi le magistrat. L'autopsie montre, selon le procureur, que "manifestement cette personne n'aurait pas subi des violences, comme certains membres de sa famille ont pu le dire". Des examens complémentaires, notamment bactériologiques et toxicologiques, seront ordonnés pour avoir un "panel d'examens absolument complet".

La mort de ce jeune de 24 ans a été suivie par deux nuits de violences mardi et mercredi. Le défenseur des Droits a été saisi de ce cas et Sos Racisme a demandé à ce que toute la lumière soit faite sur ce drame.

Deux enquêtes ont été ouvertes - l'une de la section de recherches, l'autre de l'inspection générale de la gendarmerie - pour "éclairer" les circonstances de son décès, a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Pontoise Yves Jannier. Le jeune homme, suspecté dans une affaire d'extorsion de fonds, est décédé mardi en fin d'après-midi à Persan "à la suite d'un malaise" au moment de son interpellation par les gendarmes, a affirmé le procureur.

Neuf personnes interpellées

"Une fois l'information (de son décès) connue", des échauffourées ont éclaté mardi sur les communes limitrophes de Beaumont-sur-Oise et Persan a indiqué la préfecture du Val d'Oise. Dans la nuit de mardi à mercredi, "une centaine d'individus se sont livrés à des dégradations, des incendies volontaires et des tirs à l'encontre des forces de gendarmerie", a-t-il ajouté, précisant que les tirs, "a priori d'armes à feu potentiellement au plomb", visaient les gendarmes qui intervenaient à Beaumont-sur-Oise.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, ce sont 200 personnes qui se sont retrouvées impliquées à Beaumont-sur-Oise, Persan et Bruyères-sur-Oise. Neuf ont été interpellées et placées en garde-à-vue. Selon la préfecture, 15 véhicules ont été incendiés. Il y a également eu deux tentatives d'incendie contre la mairie et une école maternelle de Beaumont-sur-Oise. Des renforts de police et de gendarmerie ont été appelés, portant à environ 180 le nombre de gendarmes et de policiers sur place.

A chaque fois, la situation s'est "stabilisée" tard dans la nuit, grâce à une "occupation extrêmement forte du terrain par les forces de sécurité", ajoute un représentant de la préfecture.  Une soixantaine de sapeurs-pompiers ont également été mobilisés.

   - Aucun(e)
- Visactu