Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Val-de-Marne : après Villejuif, d'autres produits pour faire des explosifs découverts dans un box à Thiais

jeudi 7 septembre 2017 à 15:09 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Trois hommes sont en garde à vue jeudi après la découverte d'un atelier clandestin d'explosifs à Villejuif mercredi. A Thiais (Val-de-Marne) dans un box appartenant à l'un des deux premiers suspects, des produits chimiques souvent utilisés par l'Etat Islamique pour des attentats ont été trouvés.

Les perquisitions se poursuivent.
Les perquisitions se poursuivent. © Maxppp - Etienne Laurent

Villejuif, France

Les perquisitions se poursuivent jeudi après la découverte mercredi à Villejuif (Val-de-Marne) d'un atelier clandestin d'explosifs. C'est un artisan qui avait donné l'alerte. Deux hommes avaient été interpellés mercredi après-midi au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) et mis en garde à vue. Un troisième homme, radicalisé, a été arrêté dans la nuit de mercredi à jeudi à Vitry -sur-Seine (Val-de-Marne). Il a 37 ans. Il était suivi par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) mais pour l'instant "son lien avec le laboratoire clandestin n'est pas établi à ce stade", indique des sources proches du dossier. Parmi les deux premiers suspects interpellés mercredi figure le propriétaire de l'appartement qui abritait l'atelier clandestin.

Des produits pour explosifs découverts dans un box à Thiais

Une nouvelle perquisition jeudi a permis aux enquêteurs de faire d'autres découvertes dans un box à Thiais (Val-de-Marne). Dans ce box, loué par l'un des deux suspects interpellés mercredi, il y avait quelques litres de produits chimiques qui peuvent servir à fabriquer du TATP. Cet explosif artisanal instable est souvent utilisé par l'organisation jihadiste Etat Islamique lors de ses attentats, indique une source proche du dossier. Le box servait de lieu de stockage au principal suspect.

Les deux principaux suspects sont-ils des terroristes ?

Dans leurs premières déclarations aux enquêteurs, les deux premiers suspects interpellés mercredi expliquent "qu'ils voulaient faire sauter des guichets de banque pour s'approprier des billets et nient le caractère terroriste", a affirmé le ministre de l'Intérieur. Mais Gérard Collomb estime que "ce que l'on voit, c'est qu'ils étaient liés avec le terrorisme". Selon lui, "c'est plutôt dans cette direction qu'il faut chercher". Il y a "un certain nombre de liens et de communications téléphoniques" avec le théâtre syrien, a affirmé le ministre.

Plusieurs sources proches du dossier ont nuancé ces propos. Elles ont indiqué qu'il s'agissait "pour le moment d'un lien indirect mais il est évident que les enquêteurs travaillent sur cette hypothèse au vue notamment de la nature de l'explosif".

Une vague d'attentats frappe la France depuis 2015. Ces attentats ont fait 239 morts.