Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Val-de-Marne : six mois de prison ferme pour avoir poignardé un chien

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un jeune homme de 22 ans a été condamné lundi à un an de prison, dont six mois ferme. Il a été incarcéré. Il avait poignardé, par vengeance, un chien tenu en laisse par sa maîtresse dans une rue de Bonneuil (Val-de-Marne), indique une association de défense animale.

Le chien était un malinois (image d'illustration)
Le chien était un malinois (image d'illustration) © Maxppp - Jean-Louis Aubert

Bonneuil-sur-Marne, Val-de-Marne, France

Un jeune homme avait poignardé, le 8 janvier, un chien tenu en laisse par sa maîtresse dans une rue de Bonneuil (Val-de-Marne). Il a été condamné à 1 an de prison dont 6 mois fermes, indique une association de défense animale. Il a été mis en prison juste après l'audience.

Un "meurtre" par vengeance

L'affaire se passe rue des Clavizis. Une mère de famille se promène avec son chien en laisse devant une barre d'immeubles. L'endroit abrite un point de deal et les habitants s'en plaignent depuis le mois de décembre 2019. 

Un homme encagoulé arrive par derrière. Il assène un coup de couteau sur le flanc du chien qui s'effondre et meurt quelques minutes plus tard. 

Le tribunal correctionnel a donc condamné le jeune homme à de la prison ferme. Les juges ont considéré que "Tuer le chien de quelqu'un pour se venger, c'est commettre une violence sur son maître".

L'avocat plaide le "préjudice moral d'affection"

Le jeune homme devra aussi verser 3.000 euros de dommages et intérêts à la propriétaire", a ajouté Maître Patrice Grillon l'avocat de l'association et de la propriétaire du chien. Il a plaidé "le préjudice moral d'affection" de la perte d'un animal qui faisait partie de la famille depuis 8 ans. 

Les animaux ont des droits

"On commence à avoir de plus en plus de peine d'emprisonnement pour les actes de cruauté envers les animaux. Ce qui prouve que les magistrats prennent conscience de leurs droits et de l'opinion publique", a commenté, de son côté, Stéphane Lamart qui s'était porté partie civile avec la Société nationale de défense des animaux (Snda). 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu