Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Val Tolosa : Unibail-Rodamco compte démarrer les grands travaux à la rentrée malgré les décisions de justice.

jeudi 20 juillet 2017 à 16:02 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie

Le feuilleton judiciaire continue autour du centre commercial Val Tolosa à Plaisance du Touch. Ce jeudi matin sur France Bleu Toulouse le promoteur réaffirme qu'il poursuit son projet fort de "toutes les autorisations". Et le nouvel arrêté pris par le préfet fait bondir les opposants.

Le promoteur du centre commercial escompte toujours ouvrir les portes en octobre 2019
Le promoteur du centre commercial escompte toujours ouvrir les portes en octobre 2019 - crédit Unibail-Rodamco

Toulouse, France

Le collectif "Non à Val Tolosa" espérait tenir une victoire décisive avec l'arrêt de la cour d'appel administrative de Bordeaux contre la dérogation accordée par le préfet sur les espèces protégées du plateau de la Ménude. Mais Unibail-Rodamco, le porteur du projet, ne baisse pas les bras. Il va se pourvoir en cassation et surtout il suit son plan de travail d'autant que le préfet de Haute-Garonne a pris un nouvel arrêté de dérogation sur les espèces protégées. Christophe Farbos , directeur du projet Val Tolosa pour Unibail Rodamco estime que tous les voyants sont au vert :

"On est à nouveau doté de l'ensemble de nos autorisations (commerciale, ZAC, loi sur l'eau ) toutes définitives.On a un nouveau permis de construire [lui aussi attaqué devant la justice administrative, NDLR], on a une nouvelle dérogation environnementale, donc le calendrier n'est pas remis en cause. Nous allons démarrer le chantier à la fin de l'été" Christophe Farbos, directeur du projet Val Tolosa.

Christophe Farbos, directeur du projet Val Tolosa : "Aujourd'hui, on est sur des dispositifs novateurs et différenciants (sic) par rapport à tout ce qui a pu exister sur le territoire"

Nouvelle dérogation sur les espèces protégées

Le préfet justifie d'avoir repris un arrêté de dérogation par le fait qu'Unibail-Rodamco aurait revu sa copie depuis le premier jugement du tribunal administratif et présenté de nouvelles garanties pour préserver les rosiers de France ou les renoncules du plateau de la Ménude. "Nous compensons très largement l'impact que le projet a sur le territoire" martèle Christophe Farbos. En clair, Unibail aurait trouvé un accord avec les services de la préfecture pour sanctuariser près du site entre 60 et 75 ha de terrain où les espèces pourront être "relocalisées". Le directeur du projet ajoute : "Au départ nous étions sur une compensation de 20 ans, la commission nationale pour la protection de la nature faune nous a demandé d'allonger cette durée que nous passons à 30 ans". Unibail Rodamco compte plus que jamais ouvrir Val Tolosa en octobre 2019

Les explications du promoteur pour préserver les espèces protégées

Les opposants en appellent à Nicolas Hulot.

Furieux, le collectif Non à Val Tolosa et France Nature Environnement évoquent la mise en place d'un "Sivens bis" . Dans un communiqué ce jeudi, ils en appellent au ministre de la transition écologique pour qu'il ordonne "une expertise auprès du Conseil général de l’environnement et du développement durable (...) comme cela a été réalisé à Notre-Dame-de-Landes et Sivens" afin d'examiner le bien fondé du projet. Les opposants affirment que la justice administrative a refusé la précédente dérogation parce qu'Unibail-Rodamco n'a pas démontré l'intérêt public et social de son méga centre commercial. Le préfet a invité les associations à une réunion ce vendredi pour parler du dossier. Elles font savoir qu'elles n'iront que s'il retire les arrêtés qu'il a pris.