Faits divers – Justice

Valence : prison ferme pour deux jeunes voleurs de portable devant le lycée Loubet

Par Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche lundi 12 octobre 2015 à 18:05 Mis à jour le lundi 12 octobre 2015 à 18:47

Le Champs de Mars, devant le lycée Loubet à Valence
Le Champs de Mars, devant le lycée Loubet à Valence © Radio France - Stéphane Milhomme

Les faits s'étaient produits les 14 et 18 septembre dernier, sur le champs de mars à Valence dans la Drôme. Deux jeunes avaient frappé et menacé d'une arme deux élèves pour récupérer leur téléphone. Ils comparaissaient ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel. Avec désinvolture.

Ils sont deux dans le box des prévenus. Le premier répond aux juges en cachant sa bouche dans son pull, le second en regardant sa copine dans la salle. Le procureur dénonce cette désinvolture et requiert trois ans de prison ferme pour ces deux agresseurs de 18 et 20 ans. Les faits sont évoqués : deux collégiens arrivent vers le lycée Loubet et sur le champs de Mars se font accoster, agresser par trois jeunes vers 8 heures du matin. Le premier donnera son portable contre une gifle. Le second 4 jours après cèdera son téléphone contre un coup de poing.

Ce n'est pas acceptable que l'on n'ait pas le droit de se promener à Valence au calme.

  • Le procureur

Dans les deux cas, les prévenus disent avoir avoir agi par manque d'argent. Le troisième mineur sera jugé plus tard. Les deux victimes, les collégiens ne sont pas là. Mais pour le procureur "ce n'est pas acceptable que l'on n'ait pas le droit de se promener à Valence au calme". Les avocats des prévenus parlent de leur clients comme des "jeunes dévalorisés" des "garçons complément paumés". Des peines de prison aussi élevées ne les aideront pas.

Votre condamnation, c'est exagéré.

  • L'un des prévenus

Le tribunal les condamne à 12 mois ferme pour l'un, 12 mois dont 6 avec sursis pour le second... même si le prévenu de 20 ans avait encore eu l'aplomb de dire avant au procureur : "votre condamnation, c'est exagéré" .

**A LIRE AUSSI

**Ils agressent un lycéen de Valence pour un portable