Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Valence : deux ans de prison pour ne pas avoir dénoncé son compagnon violeur d'enfant

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Un Isérois de 40 ans a été condamné à deux ans de prison dont un an ferme par le tribunal de valence mardi après-midi pour non-dénonciation de crime et détention d’images pédopornographiques. Pendant trois ans, il savait que son compagnon violait une fillette mais il n'a prévenu personne.

Illustration. Palais de Justice de Valence
Illustration. Palais de Justice de Valence © Radio France - Nathalie de Keyzer

Drôme, France

Cet Isérois de 40 ans était témoin au procès d'Assises l'an dernier à Valence lorsque son ex-compagnon a été condamné à 12 ans de réclusion pour viols sur mineur. Mais ce mardi, c'est lui qui devait répondre de non-dénonciation de crime devant le tribunal correctionnel de Valence. L’homme comparaissait aussi pour détention d'images pédopornographiques. 

Pendant trois ans, de 2010 à 2013, il savait que son compagnon violait cette fillette, mais il n'a rien dit. "Il était trop proche de la petite, je trouvais ça bizarre. J'ai fini par lui demander, il m'a dit qu'il avait des relations sexuelles avec elle" reconnaît Vincent à la barre. "Vous avez bien vu des victimes de viols et de pédophilie à la télé ?  Vous n'avez pas fait le lien ?" interroge la présidente. 

J'étais tellement amoureux, je ne réalisais pas

Vincent tente de s'expliquer : " j’étais tellement amoureux je ne réalisais pas." "Et vous n'avez prévenu personne ? Vous ne vous sentez pas un peu responsable ?" insiste la présidente. "Si, ça tournait un peu dans ma tête , j'ai essayé de comprendre, j'ai téléchargé des images pédopornographiques" avoue le quadragénaire. "Et vous y avez trouvé du plaisir" assène le procureur qui cite les déclarations de Vincent en garde à vue.

L' Isérois reconnaît qu'il n'a compris les horreurs subies par la fillette qu’après sa garde à vue et sa mise en examen.  En larmes il conclut : "je regrette." "Je ne peux pas me contenter de vos regrets", affirme le procureur qui demande une peine de prison et un suivi psychologique pendant 5 ans. Le tribunal a aussi ordonné l'inscription de Vincent au fichier des délinquants sexuels.

Choix de la station

France Bleu