Faits divers – Justice

Valence : "Allo, c'est Coulibaly je vais vous faire sauter"

Par Nathalie De Keyzer et Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche mercredi 15 avril 2015 à 14:17

Le tribunal correctionnel de Valence dans la Drôme - image d'illustration.
Le tribunal correctionnel de Valence dans la Drôme - image d'illustration. © Radio France - Stéphane Milhomme

3 semaines seulement après les attentats de Paris, un habitant de Valence menaçait de mort les pompiers et les policiers drômois par téléphone. Il faisait référence à Mohamed Merah et Amedy Coulibaly. Cet homme de 36 ans a été condamné à six mois de prison avec sursis.

Le prévenu n'a pas le profil d'un dangereux terroriste. A la barre, il apparaît pas très grand, mince. Farid ne se souvient même pas avoir passé ces coups de fils au "17" et au "18" le 31 janvier vers 1 heure du matin. Il avait bu un litre de vin rouge, un de vin blanc et plusieures bières :

J'étais ivre, je ne me suis pas rendu compte. C'est seulement quand les policiers m'ont fait écouter les enregistrements que j'ai reconnu ma voix

Et pourtant cette nuit là, les propos étaient inquiétants : 

Je fais le Djihad, Mérah c'est moi, Coulibaly n'est pas mort il va faire dix fois plus... c'est Coulibaly, je vais vous faire sauter

Un magistrat lui demande :

Pourquoi cette référence aux terroristes dans le contexte du mois de janvier ce n'est pas anodin ?

Farid, penaud, répond : "oui c'est bête, je suis athée. J'ai de la haine pour ces gens là, pour ce qu'il ont fait. Je suis honteux d'avoir dit cela".

Le Procureur insiste sur la nature des personnes visées, policiers et pompiers. Ce n'était pas des coups de fil au hasard. Il requiert demande 6 mois de prison ferme. L'avocat de Farid rappel que l'homme est malade, alcoolique et qu'il a davantage besoin de soins. Le tribunal l'a donc condamné à six mois avec un sursis mise à l'épreuve et l'obligation de soigner son alcoolisme.