Faits divers – Justice

Valence : l'ADN de l'un des 4 prévenus était resté sur un sextoy

Par Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche jeudi 16 avril 2015 à 21:27

Le palais de Justice de Valence dans la Drôme, avril 2015.
Le palais de Justice de Valence dans la Drôme, avril 2015. © Radio France - Stéphane Milhomme

Trois hommes et une femme ont été condamnés jeudi par le tribunal correctionnel de Valence. En octobre dernier ils participaient à un cambriolage puis la revente des objet d'une maison. Ils avaient fait main basse sur une voiture, trois motos, de l'alcool des bijoux et objets de valeur. Le tribunal les condamne à des peines allant de 8 mois avec sursis à 15 mois de prison ferme.

Au départ, l'affaire prête à sourire. L'ADN du principal prévenu est donc retrouvé par les enquêteurs sur un godemichet dans la maison sur le lavabo. Sans doute une maladresse du voleur, mais elle suffit à l'identifier. Dans le box des prévenus, il est le seul à reconnaître les faits.

"Un véritable carnage"

Mais c'est le seul fait insolite de ce dossier. Le cambriolage de cette habitation c'est "un véritable carnage" selon la présidente. Impossible au début de savoir ce qui a été volé : tout est sans dessus dessous. Il manquait surtout une voiture, trois motos et des bijoux, la télé, des objets de valeur.

Pas d'autres empreintes, mais les portables ont parlé

Les enquêteurs ont donc cerné quatre personnes. Les trois hommes surtout, impliqués dans le vol puis la revente des objets, des prévenus au casier déja chargé. Les avocats constatent que le dossier reposerait sur la localisation des téléphones mobiles des prévenus. Mais pas d'autres empreintes retrouvées sur place pour les confondre.

Un pendentif bradé pour quelques euros

Le tribunal les condamne pourtant à des peines de prison ferme. De la prison avec sursis enfin pour la femme de l'un d'entre eux. Elle a revendu un pendentif volé dans la maison dévalisée. Et là, pas besoin de trace ADN. Il y avait marqué le nom du propriétaire et sa date de naissance. Un souvenir bradé pour quelques euros.