Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Valence : la permanence de campagne du maire, Nicolas Daragon, dégradée pendant la manifestation

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche
Valence, France

Nicolas Daragon, maire de Valence et candidat à sa réélection, dénonce sur les réseaux sociaux la dégradation de son local pendant la manifestation de ce vendredi contre la réforme des retraites. Il appelle à ce que les auteurs soient "rapidement identifiés, poursuivis et condamnés".

Les dégradations sur la permanence de campagne de Nicolas Daragon.
Les dégradations sur la permanence de campagne de Nicolas Daragon. - © Nicolas Daragon

La permanence électorale du maire de Valence, Nicolas Daragon, a été dégradée pendant la manifestation contre la réforme des retraites ce vendredi, dénonce-t-il sur les réseaux sociaux. Les mots "voleurs", "menteurs", "assassins", "collabos" ou "démocrature" ont été tagués sur la façade qui a aussi été recouverte d'autocollants et un fumigène a en partie détruit la boîte aux lettres du local.

"Je condamne avec la plus grande fermeté ces nouvelles exactions, dont je souhaite que les auteurs soient rapidement identifiés, poursuivis et condamnés", a réagi le maire de Valence, candidat à sa réélection lors des municipales de mars prochain, qui évoque "un sentiment de nausée et de honte".

Les personnes présentes à l’intérieur de la permanence, située dans le centre-ville de Valence, "ont dû baisser les rideaux et s’enfermer à l’intérieur du local, de crainte d’être directement menacées dans leur intégrité physique".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu