Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Valence : les locaux de Valence Romans Agglo incendiés lors d'une nuit de tension à Fontbarlettes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu
Valence, France

Plusieurs incendies ont été allumés dans la nuit de jeudi à vendredi, quartier Fontbarlettes à Valence, dans la Drôme. Des bureaux de Valence Romans Agglo ont été incendiés. Il a fallu une trentaine de policiers et gendarmes pour ramener le calme dans le quartier.

Une salle de réunion de Valence Romans Agglomération a été incendiée cette nuit dans le quartier Fontbarlettes à Valence
Une salle de réunion de Valence Romans Agglomération a été incendiée cette nuit dans le quartier Fontbarlettes à Valence © Radio France - Tommt Cattaneo

La nuit a été très agitée dans le quartier Fontbarlettes à Valence. Les pompiers de la Drôme ont été appelés dès 19 heures pour un feu de poubelle sur la voie publique, avant que les interventions ne s’enchaînent. D'autres poubelles ont été incendiées un peu plus tard rue Guisseppe Verdi et utilisées comme barricades.

Des renforts des gendarmes pour ramener le calme

Vers 1h30 du matin, plusieurs individus sont rentrés dans le bâtiment de Valence Romans Agglo, sur le site Jacques Brel. Ils ont mis le feu à une salle de réunion. Le principal suspect de cet incendie a été arrêté. Afin de ramener le calme dans le quartier, les policiers de Valence ont reçu le renfort de leurs collègues de Montélimar et de Lyon, mais aussi des gendarmes du Psig (Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie). Une trentaine d'hommes au total ont été mobilisés.

Plusieurs personnes sont entrées dans le bâtiment de Valence Romans Agglo pour y mettre le feu dans la nuit de jeudi à vendredi 29 mai.
Plusieurs personnes sont entrées dans le bâtiment de Valence Romans Agglo pour y mettre le feu dans la nuit de jeudi à vendredi 29 mai. © Radio France - Tommy Cattaneo

Des renforts sont attendus dans le quartier ce weekend "pour prévenir toute reproduction d'actes délictueux", peut-on lire dans un communiqué de la préfecture de la Drôme. Ce vendredi soir, c'est un escadron de gendarmes mobiles de 60 hommes qui est chargé du maintien de l'ordre.

Une vidéo à l'origine des violences ?

On peut supposer que cette flambée de violence serait partie d'une vidéo qui tourne en ce moment sur les réseaux sociaux. Elle aurait été tournée quartier Fontbarlettes, dans la nuit de mercredi à jeudi. On y voit deux policiers interpeller un homme. Une vidéo reprise par la chanteuse Camélia Jordana, dont les propos concernant la police ont récemment fait polémique.

Le suspect avait pris la fuite après avoir percuté la voiture d'un pompier

Selon la Direction départementale de la sécurité publique de la Drôme, cette vidéo est une séquence, qui ne montre pas ce qui s'est passé avant. Elle montre "la fin de l'interpellation d'un individu suspecté d'avoir percuté à l'aide d'une voiture volée un véhicule des sapeurs pompiers de Valence, intervenant sur un départ de feu dans un appartement rue Gides." Elle indique également que l'homme s'est enfui en voyant les policiers et qu'il a résisté "violemment" à son interpellation.

Le jeune de 17 ans a déposé plainte

"Les deux policiers ont eu d'énormes difficultés pour interpeller ce jeune", explique Claude Bourrelly, chef d'Etat-Major à la Direction départementale de la sécurité publique de la Drôme. "Ce jeune a déposé plainte pour des violences policières, une enquête a donc été ouverte ce vendredi pour faire la vérité sur cette interpellation et sur ces techniques d'intervention.

La police rappelle que des moyens existent pour saisir la justice ou l'Inspection générale de la police nationale si l'on est témoin de ce genre de scène. Cela vaut mieux que de publier une vidéo sortie de son contexte sur les réseaux sociaux. Quant à l'étranglement arrière, cela fait bien partie des "techniques réglementaires" d’interpellation, contrairement à la gifle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu