Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Valence : un détenu menace de jeter un frigo sur les surveillants

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Week-end mouvementé au centre pénitentiaire de Valence (Drôme). Samedi midi, les surveillants ont dû vider plusieurs bombes de gaz lacrymogène pour calmer un détenu qui les menaçait avec un frigo. Dimanche, un autre détenu les a menacé de mort et a dégradé un box de parloir.

Le centre pénitentiaire de Valence (Drôme)
Le centre pénitentiaire de Valence (Drôme) © Radio France - Tommy Cattanéo

Les surveillants du centre pénitentiaire de Valence (Drôme) ont dû sortir des bombes de gaz lacrymogène pour calmer un détenu très violent, samedi midi. Alors que trois surveillants étaient en train de distribuer les repas, il lance un verre contre la porte de sa cellule. Il éclate et des bris de verre sont projetés contre les surveillants. Le détenu, très agité, brandit ensuite un frigo au-dessus de sa tête pour le jeter sur les surveillants.

Les trois gardiens appellent du renfort. Ils sont finalement une dizaine à pénétrer dans la cellule, équipés d'une tenue de protection, pour maîtriser le détenu. Ils vident plusieurs bombes de gaz lacrymogène avant de le conduire en quartier disciplinaire. Les gardiens utilisent encore du gaz lacrymogène pour démenotter le détenu et sortir de la cellule.

Le quartier d'isolement, "une cocotte minute"

Dimanche, un autre détenu les a menacés de mort et a cassé plusieurs objets dans le box de parloir où il avait rendez-vous. Lors de ces deux événements, aucun gardien n'a été blessé. D'après le syndicat Unfap-Unsa Justice, le quartier d'isolement est "une cocotte minute". Il estime que les remontées des gardiens ne sont pas prises en compte par la direction. Le syndicat exige dans un communiqué, le "transfert de l'enragé du samedi" dans une autre prison.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess