Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Valence : un vol de vélo tous les deux jours depuis le début de l'année

lundi 11 mars 2019 à 3:19 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Drôme Ardèche

Depuis le début de l'année plus de 33 vélos ont été volés à Valence, Bourg-lès-Valence et Portes-lès-Valence, la majorité sur la voie publique, parfois en plein jour. Les forces de l'ordre appellent les citoyens à être vigilants et les cyclistes à prendre leurs précautions.

Les vélos sont cadenassés ? Cela n'arrête pas les voleurs à Valence !
Les vélos sont cadenassés ? Cela n'arrête pas les voleurs à Valence ! © Radio France - Alexandre Berthaud

Valence, France

Trente-trois. C'est le nombre de plaintes pour vols de vélos déposées lors des deux premiers mois de l'année 2019 à Valence (27 dans la ville, 6 à Portes-lès-Valence et Bourg-lès-Valence). La police a également enregistré de nouvelles plaintes au mois de mars. "La plupart des vols ont lieu sur la voie publique", précise le commandant Claude Bourrelly, "parfois même en plein jour, les voleurs sont équipés d'une pince de type monseigneur, _ils visent les antivols de petite résistance_, ils le coupent, mettent le cadenas dans leur poche et repartent avec le vélo, cela va très vite".

Vol de vélo à 20 mètres d'une terrasse bondée

La police a même vu, sur une vidéo, un vol de vélo se produire juste devant des personnes attablées en terrasse. "Ils étaient à 20 mètres à peine, le voleur a mis plus de minutes à couper l'antivol, mais personne ne s'est aperçu de rien", détaille le commandant. La police appelle donc à la vigilance des citoyens, à celle des cyclistes aussi : "on recommande vivement l'utilisation d'antivols en U, c'est plus lourd mais c'est ce qu'il y a de plus efficace".

La mésaventure est arrivée à Hélène le week-end dernier, pour la deuxième fois. Son vélo a été volé dans son garage, mais la fois d'avant c'était en pleine rue. "Depuis je mettais un antivol en U, là j'en ai pour plus de 500 euros à tout racheter", regrette la Valentinoise. Elle déplore aussi le nombre d'endroits où "garer" son deux roues, il n'y en a pas assez selon elle.

Des antivols de plus en plus perfectionnés

La question de l'antivol est de toute façon devenue indispensable lors de l'achat d'un vélo. Par exemple, à l'intérieur de la boutique 'Carbonne Zéro' à Valence, "on l'offre même à l'achat", explique le co-gérant, François Xavier Dauphin. Il s'agit d'un système de double-protection, à la fois une 'menotte' autour de la roue, qui la bloque, ainsi qu'une chaîne pour attacher le vélo à un point fixe. "Même si le câble est sectionné, le voleur doit porter le deux-roues, on a souvent retrouvé des vélos à quelques mètres de là où ils étaient rangés", ajoute-t-il. Mais dans ce cas-là il faut racheter une chaîne, soit minimum trente euros.

Un investissement utile, tout comme le 'marquage' du vélo. Une association (REVV) propose de le faire et cela peut permettre à la police de contacter le propriétaire même si son deux-roues est retrouvé à l'autre bout de la France. Environ un quart des vélos volés sont retrouvés, mais de nombreuses bicyclettes récupérées après enquête doivent être détruites car elles n'ont pas de propriétaires. 

Une chose est certaine, le marché des antivols est en plein boom. "Il en existe contrôlés via téléphone portable, d'autres qui ont un traçage GPS", détaille François-Xavier Dauphin. "C'est vrai que ce mode de déplacement est de plus en plus populaire, et certains vélos très chers, notamment les électriques. Forcément on voit de plus en plus de vol", conclut-il.