Faits divers – Justice

PHOTOS | Valfréjus : la zone de l'avalanche est "un secteur dangereux, très prisé par les randonneurs"

Par Virginie Salanson et Maxime Fayolle, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Vaucluse et France Bleu mardi 19 janvier 2016 à 10:01 Mis à jour le mardi 19 janvier 2016 à 12:34

La station de Valfréjus (image d’archives)
La station de Valfréjus (image d’archives) © Maxppp

L'avalanche dans laquelle cinq militaires ont trouvé la mort ce lundi après-midi, à Valfréjus, en Savoie est une zone connue des randonneurs. C'est un endroit "hors-piste, dangereux" explique le directeur de l'office de tourisme de Valfréjus, Yann Chaboissier.

Pour voir le diaporama en grand, cliquez ici

C'est un endroit "hors-piste donc dangereux par définition". Voilà comment le directeur de l'office du tourisme de Valfréjus (73), Yann Chaboissier décrit le col du Petit Argentier. C'est là que cinq militaires ont été tués dans une avalanche, lundi après-midi, alors qu'ils s'entraînaient avec leur groupe, en ski de randonnée. 

Le hors-piste, "dangereux par définition

Ce col, "très connu des randonneurs, été comme hiver, est dangereux. Il convient donc de connaître les risques avant de s'engager" ajoute Yann Chaboissier, "cela a sans doute été fait mais il y a toujours une part d'incertitude"

La cassure de l'avalanche serait partie d'une crête de ce col, à 2.635 mètres d'altitude. Cette crête s'est rompue sur une centaine de mètres, le long même de l'arête, ce qui a entraîné une masse de neige "assez impressionnante". La cinquantaine de militaires du 2ème Régiment étranger de génie de Saint-Christol, qui remontaient en ski de randonnée à ce moment là a été fauchée. Quatorze personnes ont été emportées et cinq sont mortes. C'est sans doute une "plaque à vent, une grosse plaque épaisse qui s'est fragmentée" (voir notre infographie ci-dessous) a détaillé le préfet de la Savoie, Denis Labbé, qui s'est immédiatement rendu sur place lundi soir. Le risque d'avalanche en Savoie était de 3/5 ce lundi.

Le parquet d'Albertville a ouvert une enquête qui doit déterminer les circonstances de l'accident. En cas d'homicide involontaire, le dossier serait éventuellement transfèré à un parquet à compétence militaire, en l'occurrence celui de Lyon.

À voir aussi : 

Aucun(e)
- IDÉ