Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vélib': les salariés grévistes convoqués par la direction en vue d'un éventuel licenciement

lundi 4 juin 2018 à 6:01 Par Margaux Stive, France Bleu Paris et France Bleu

La tension monte d'un cran entre l'entreprise Smovengo qui gère désormais les Vélib', et les salariés grévistes. Après plus d'un mois et demi de mobilisation , les grévistes sont convoqués à partir de ce lundi par la direction en vue de sanctions voire de licenciements.

Des salariés se sont rassemblés vendredi devant le siège de Smovengo à Alfortville
Des salariés se sont rassemblés vendredi devant le siège de Smovengo à Alfortville © Radio France - Margaux Stive

Île-de-France, France

Alors que le mouvement se poursuit depuis maintenant un mois et demi, les salariés grévistes de l'entreprise Smovengo, gestionnaire des Vélib', sont convoqués à partir de ce lundi par la direction pour des entretiens préalables. Des salariés qui craignent le licenciement.

"Smovengo se fout de la justice"

Du côté des salariés concernés par ces convocations, "c'est la consternation". "On a le droit de faire grève", martèle l'un d'entre eux. Ils estiment ainsi que Smovengo ne respecte par leurs droits, et en profite pour se débarrasser d'eux. Même si l'intitulé exact employé par la direction précise que ce sont des "entretiens en vue de sanctions disciplinaires pouvant amener à un licenciement", lui comme les autres craignent de se faire licencier. Pour ce salarié, "Smovengo se fout de la justice" en employant des intérimaires pour pallier l'absence des grévistes. 

Ce salarié gréviste est convoqué par la direction cette semaine. Il craint d'être licencié.

"Leur but c'est de diviser les grévistes"

Du côté des syndicats, on accuse la direction de Smovengo de vouloir "diviser les grévistes" en "leur mettant la pression". Pour Laurent Degousée, représentant du syndicat SUD Commerce, "on veut leur faire payer le fait d'avoir fait grève", y compris pour les salariés qui ont repris entre temps le travail. 

Pour Laurent Degousée du syndicat SUD, Smovengo veut diviser les grévistes

Des accusations contestées par la direction de Smovengo, qui assure vouloir simplement des "éclaircissements" de la part des salariés. 

Ces entretiens individuels ont lieu à partir de ce lundi et jusqu'à jeudi.