Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Il vendait du viagra de contrefaçon et du vin frelaté dans sa petite "épicerie" vendéenne

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Un homme de 69 ans était cité à comparaître devant le tribunal de La Roche-sur-Yon ce lundi pour avoir vendu du viagra importé du Sénégal et 12.000 litres de vin qu'il présentait comme de production locale dans un logement de l'Aiguillon-sur-Mer. Il ne s'est pas présenté au tribunal.

L'homme ne s'est pas présenté à l'audience ce lundi 13 mai à La Roche-sur-Yon.
L'homme ne s'est pas présenté à l'audience ce lundi 13 mai à La Roche-sur-Yon. © Radio France - Marc Bertrand

L'Aiguillon-sur-Mer, France

Un homme de 69 ans était cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon ce lundi 13 mai. Il ne s'est pas présenté à l'audience. Habitant en Charente, il était poursuivi pour avoir vendu du vin et du viagra de contrefaçon sans les déclarer, pendant un an, jusqu'à l'été 2018, date d'un contrôle des agents de la Direction de la protection des populations (DDPP) dans un logement qu'il louait à L'Aiguillon-sur-Mer

L'homme avait transformé l'habitation en véritable "épicerie", avec une terrasse, et des pancartes à l'entrée indiquant "producteur local". Mais sans SIRET ni autorisation. Il y a vendu, selon les mots du procureur, près de 12.000 litres d'alcool en trois ans. Du vin importé en partie d'Espagne, qu'il achetait en grandes quantités avant de le remettre en bouteille, et d'y apposer son nom accompagné du sigle "AOP"

Viagra, cognac et huiles de friture

Aux enquêteurs, il a expliqué avoir toujours proposé une dégustation avant la vente, et qu'il estimait ainsi qu'il n'y avait pas tromperie sur la marchandise. En fouillant le logement, les enquêteurs constatent qu'il vend également du viagra, ou plutôt une contrefaçon de ce médicament pour les troubles érectiles des hommes, qu'il explique avoir ramené d'un voyage au Sénégal

"Huit boites, clairement, ce n'était pas pour sa consommation personnelle", appuie l'avocat du Conseil national de l'ordre des pharmaciens, qui s'est porté partie civile au vu "du danger pour la santé publique" que constitue la vente de cette contrefaçon interdite par les autorités sanitaires en France. Le substitut de viagra était en effet "bien plus fortement dosé" en substance active que le médicament autorisé en France. 

85.000 euros de profit en trois ans

Dans les réfrigérateurs de l'appartement, les enquêteurs ont également retrouvé de grandes quantités de nourriture, et des huiles de fritures usagées, qu'il faisait retraiter en Espagne pour faire rouler sa voiture. Là encore, sans le déclarer. Selon le procureur, son "épicerie" illégale lui a rapporté au moins 85.000 euros en trois ans

L'homme était propriétaire de quatre voitures au moment de son contrôle par les agents de la DDPP, dont plusieurs étaient récentes. Le procureur a requis 50.000€ d'amende, dont 30.000€ avec sursis, vu le casier judiciaire vierge du sexagénaire. Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 3 juin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu