Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vendée : le forcené retranché chez lui pendant près de 15 heures s'est rendu

jeudi 30 août 2018 à 6:56 Par Antoine Denéchère et Grégory Jullian, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Dénouement heureux à l'Herbergement, en Vendée. L'homme, qui s'était retranché chez lui au lieu-dit le Petit Chaillou ce mercredi, s'est finalement rendu vers 5h30 ce jeudi matin. Il est actuellement en garde à vue.

© Maxppp -

L'Herbergement, France

En Vendée, le forcené retranché chez lui à l'Herbergement depuis mercredi après-midi s'est rendu vers 5h30 ce jeudi matin. Armé, l'homme avait menacé de mettre fin à ses jours et tiré à plusieurs reprises en direction des gendarmes. Arrivé sur place dans la nuit, le GIGN a ouvert une négociation au téléphone. L'homme a finalement coopéré. Il n'y a pas de blessé.

Un forcené dépressif

Agé de 45 ans, l'homme est présenté comme dépressif. Le parquet de la Roche sur Yon indique qu’il devrait être poursuivi pour tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique. Le forcené, placé en garde à vue à la gendarmerie de la Roche-sur-Yon, sortait d’un séjour en hôpital psychiatrique. Selon le parquet, il a eu une sorte de "décompensation".

Des voisins évacués

L'homme était retranché chez lui dans sa maison au lieu-dit le Petit Chaillou à l'Herbergement au nord de la Vendée. Situé à l'écart du Bourg, le hameau a rapidement été bouclé en fin après midi. Les habitants ont même été évacués par mesure de sécurité. Plusieurs coups de feu ont été entendus.  

J'étais chez moi dans ma maison. On a sonné à ma porte. J'ai ouvert. C'était les gendarmes. J'ai paniqué. Ils m'ont dit que je devais sortir de ma maison car un forcené était retranché près de chez moi. Je suis vite parti dans le centre bourg. J'ai eu peur" précise une voisine du forcené

La circulation avait également été coupée. Ce qui a entraîné de forts ralentissements.