Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vendée : un éleveur retrouve 18 moutons tués dans son exploitation

mardi 12 février 2019 à 9:21 Par Marc Bertrand, France Bleu Loire Océan et France Bleu

C'est probablement un ou plusieurs chiens errants qui ont décimé le cheptel d'un éleveur près du Poiré-sur-Vie en Vendée, ce dimanche. Des traces de morsure ont été retrouvées sur les animaux. Le chien n'a pas été retrouvé, et le propriétaire appelle les témoins éventuels à se manifester.

Un élevage de moutons (illustration)
Un élevage de moutons (illustration) © Radio France - Alexis Sciard

La Tenaillère, Le Poiré-sur-Vie, France

"J'ai laissé mes bêtes à 18h30, enfermées dans un bâtiment, et quand je suis revenu le dimanche matin à huit heures et demi, il y en avait partout, dans les étangs autour, noyées, blessées, hagardes à droite à gauche dans les champs", se désole encore Freddy Gauvrit, éleveur d'agneaux bio à La Tenaillère, près du Poiré-sur-Vie en Vendée. 

Pour moi, ce sont des chiens. Des attaques, j'en ai déjà eu, mais jamais aussi importante, la moitié des bêtes sont mordues !"

Sur les 186 brebis et agneaux qu'il avait laissés dans un bâtiment dans la nuit de samedi 9 au dimanche 10 février, 18 sont mortes, cinq autres ont dû être euthanasiées, des dizaines d'autres sont blessées ou disparues.

"Ma hantise c'est que ça reprenne"

"Ma hantise maintenant, c'est que ça reprenne. J'étais encore dans les champs à quatre heures ce matin pour essayer d'apercevoir quelque chose autour de mon élevage", explique l'éleveur. Il assure avoir installé des caméras de vidéosurveillance et faire des rondes régulièrement la nuit pour tenter de retrouver le chien.

Aussi, il lance un appel aux riverains : "Si quelqu'un a vu quelque chose, ou si quelqu'un pense que ses chiens ont pu faire ça, il faut qu'il se signale", demande Freddy Gauvrit. La gendarmerie est venue constater les dégâts, aujourd'hui, c'est l'assurance qui prend le relai : "Elle va rembourser les animaux morts", mais pas le stress pour le reste du cheptel.