Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vendée : un homme jugé devant la cour d'assises pour 28 coups de couteau sur son ex-compagne

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Un homme de 28 ans est jugé jusqu'à ce vendredi devant la cour d'assises de La Roche-sur-Yon (Vendée) pour tentative de meurtre. Le 26 janvier 2017, en pleine rue du centre-ville, il avait asséné 28 coups de couteau à son ex-compagne. La jeune femme a survécu.

Le tribunal de grande instance de La Roche-sur-Yon en Vendée.
Le tribunal de grande instance de La Roche-sur-Yon en Vendée. © Radio France - Marc Bertrand

La Roche-sur-Yon, France

Nous sommes le 26 janvier 2017, en pleine rue Paul Doumer en centre-ville de La Roche-sur-Yon, à peine passée l'heure de sortie des bureaux. Un homme remonte la rue en courant, et attaque une jeune femme au couteau, devant plusieurs témoins. Retrouvé moins de deux heures plus tard par la police, il est jugé depuis ce mardi devant la cour d'assises de La Roche-sur-Yon, accusé de tentative de meurtre sur son ex-compagne. 

28 coups de couteau

L'un d'entre eux a été appelé à la barre, au premier jour du procès. Les cris, il les a entendus depuis sa fenêtre ouverte. Le jour tombe, et sous la lueur des réverbères, à 10 mètres de là, lui et sa femme voient un homme qui empoigne une femme par derrière. Sa main gauche tient la tête, sa main droite assène de rapides coups de couteau au visage

Ma femme a crié : "Lâchez-là", et l'homme s'est arrêté, il s'est tourné dans notre direction, puis il a recommencé à frapper" - Un témoin à la barre

28 coups de couteau en tout, notera la présidente. Sept au visage, quatre au crâne, dix-sept aux bras et aux poignets, qu'elle a utilisé pour se protéger le visage. La victime, dans sa déposition, indiquera avoir senti la douleur au premier coup de couteau, puis avoir été comme anesthésiée : "Je n'ai eu que la sensation de la lame qui traversait la peau"

"Qu'elle ne puisse plus refaire sa vie"

L'accusé reconnaît avoir porté le premier coup, "ensuite", dit-il, "je ne me souviens pas".  L'homme a une longue histoire de violences envers ses ex-compagnes, qu'il reconnaît, sans toutefois leur témoigner aucune empathie. Et cette fois-là comme les précédentes, il refuse d'accepter la rupture : "Je voulais lui faire mal", mais, assure-t-il, "je n'ai jamais voulu la tuer".  

Je savais qu'elle ne serait plus jamais amoureuse de moi. Je voulais que plus jamais on ne la regarde, qu'elle ne puisse plus refaire sa vie" - L'accusé à la barre

La présidente du tribunal lui explique qu'en droit, l'intention de tuer, "ce n'est pas seulement dire : je veux tuer, c'est aussi le déroulé des faits". "Lui faire mal, vous le faisiez déjà très bien avec vos poings. Pourquoi avoir un pris un couteau ?", demande l'avocat général. "Pour la défigurer ?" "Oui", répond l'accusé. "Je voulais que plus jamais on ne la regarde, qu'elle ne puisse plus refaire sa vie".

Le verdict est attendu vendredi 22 mars. L'accusé, détenu depuis le lendemain des faits soit deux ans et presque trois mois, encourt la réclusion criminelle à perpétuité