Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vendée : un père suspecté d'avoir tué son bébé à Saint-Jean de Monts

vendredi 28 octobre 2016 à 18:26 - Mis à jour le vendredi 28 octobre 2016 à 19:19 Par Emmanuel Sérazin et France Bleu, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Un père de famille est en garde à vue à la gendarmerie de Saint-Jean-de-Monts depuis ce vendredi matin. Il est soupçonné d'avoir violenté son bébé de 2 mois, au point de le tuer.

Gendarmerie
Gendarmerie © Radio France - Nathalie De Keyzer

Saint-Jean-de-Monts, France

L'alerte a été donnée par la mère dans la nuit de jeudi à vendredi. Au domicile du couple, les secours ont découvert le corps inanimé du nourrisson, et malgré l'intervention du SAMU, l'enfant n'a pas pu être ramené à la vie. Le couple a aussitôt été placé en garde à vue. Mais dans le courant de la journée, la femme a été libérée. Le père reste le principal suspect.

Les résultats de l'autopsie connus ce samedi

Quelques après heures son décès, une autopsie a été pratiquée sur le corps du bébé. Les résultats ne seront pas connus avant ce samedi après-midi. En se basant sur les premières constatations, le parquet de La Roche-sur-Yon confirme que le bébé a été victime "d'épisodes de violence, mais dont la nature reste à préciser". L'autopsie devra donc dire si le père a frappé son enfant, ou s'il a été victime du syndrome du bébé secoué.

Le couple, âgé d'une trentaine d'années, vit à Saint-Jean-de-Monts. Jusqu'à maintenant, il n'avait jamais attiré l'attention de la justice, ni des services sociaux.