Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

« Vendetta » : l’histoire de la Brise de Mer continue

-
Par , , France Bleu RCFM

« Vendetta, les héritiers de la Brise de Mer » coécrit par Violette Lazard et Marion Galland, est publié chez Plon ce jeudi. L'une des deux auteures, Violette Lazard, est l'invitée de la rédaction de RCFM et d’Alexandre Sanguinetti.

 « Vendetta, les héritiers de la Brise de Mer » coécrit par Violette Lazard et Marion Galland, est publié chez Plon ce jeudi
« Vendetta, les héritiers de la Brise de Mer » coécrit par Violette Lazard et Marion Galland, est publié chez Plon ce jeudi - DR/

« Vendetta, les héritiers de la Brise de Mer » est un ouvrage coécrit par deux journalistes, Violette Lazard et Marion Galland, publié ce jeudi aux éditions Plon. Un livre qui avait été attaqué cette semaine en référé par Jean-Luc Germani, incarcéré à Arles. Ce membre du grand banditisme voulait faire interdire la publication ou à tout le moins faire supprimer les passages le concernant, il a finalement été débouté par la justice. Retour sur cette affaire et sur le contenu de ce livre avec Violette Lazard.

Un livre qui avait été attaqué cette semaine en référé par Jean-Luc Germani, membre du grand banditisme, incarcéré à Arles.
Un livre qui avait été attaqué cette semaine en référé par Jean-Luc Germani, membre du grand banditisme, incarcéré à Arles. - DR/

L’entretien 

AS / Votre livre - Vendetta ou les héritiers de la Brise de Mer - est publié ce jeudi, l'ouvrage que vous cosignez avec Marion Galland, a été attaqué ce mercredi mais la justice a débouté Jean-Luc Germani qui demandait son interdiction. Le contenu de ce livre est-il si sensible ?

VL : « On ne s’attendait pas à avoir une telle procédure qui est très rare. Apparemment une des personnes citées dans ce livre a considéré que le contenu était sensible. Il s’agit d’une enquête sur la Brise de mer, les héritiers, et une faction qu’on désigne comme le clan ennemi. Notre but avec Marion Galland était d’enquêter sur ces personnages, leur histoire, leur héritage et aussi de raconter quels étaient leurs rôles en Corse aujourd’hui, leur action, leur ambition pour l’île et je pense que c’est surtout ça qui les gêne. »

AS / Le point de départ du livre, c'est le double assassinat de Poretta, le 5 décembre 2017. Grâce à la retranscription de messages PGP cryptés - et décodés par la gendarmerie - on plonge au cœur de l'histoire d'une vengeance, celle des héritiers du grand banditisme insulaire. Trois héritiers en particulier. Christophe Guazzelli, Jacques Mariani, et Ange-Marie Michelosi. Trois hommes très différents, trois parcours très différents, uniquement liés par la vengeance ?

VL : « Une idée reçue un peu partout est de se dire que ce clan criminel est mort aujourd’hui et que cette histoire est loin derrière nous. Le double assassinat de Bastia montre au contraire qu’il y a des héritiers et qu’ils sont portés par une vengeance. Une vengeance qui unie des personnes très différentes, à la fois du nord et du sud, la Brise de mer et leurs alliés et qui vont se retrouver dans un projet de «Vendetta ». On raconte aussi leur implantation sur l’île et quelles sont leurs ambitions sur le plan économique et politique car il y a aussi une volonté de ressusciter le clan. Il y a les deux. »

AS : Christophe Guazzelli en particulier, on a l'impression que le jeune homme bascule à la mort de son père. Pas nécessairement destiné au banditisme, il fait de cette vengeance une obsession ? Avec une méticulosité impressionnante.

VL : « A travers cette grande histoire on découvre aussi des trajectoires personnelles. C’est notre fil rouge ce personnage, cette personne Christophe Guazzelli qui n’était pas du tout destiné à emprunter les pas de son père ou appartenir au monde du grand banditisme. On suit son ascension dans le monde du football puis sa chute vers ses premières interpellations et incarcérations pour « stup », jusqu’à ce double assassinat qui lui est reproché aujourd’hui. Il est mis en examen, pas jugé, il y a présomption d’innocence, il faut rester prudent. C’est un acte qu’il a revendiqué à travers des messages que la justice a pu retrouver dans les téléphones. A travers lui on comprend un peu mieux ces destinés…qui sont éminemment tragiques. » 

AS : Un autre personnage paraît surprenant, Jacques Mariani, surnommé le Mat, le Fou apparaît beaucoup plus philosophe qu'on ne pouvait l'imaginer. Une forme de lassitude de cette vie ? 30 ans de prison en 50 ans de vie. 

VL : _« Ces personnages, à travers ce qu’ils ont fait, les procès, ce qu’on raconte d’eux, sont caricaturés voir se caricaturent eux même. Ça devient des personnages publics. On a pu parler à beaucoup de ces personnes même en prison…_Ce sont des gens beaucoup plus complexes, notamment Jacques Mariani. Il est dans une phase, c’est ce qu’il dit, où il veut passer à autre chose, qu’on l’oubli, passer le reste de sa vie ailleurs qu’aux Baumettes, à La Santé ou dans une autre maison d’arrêt. Il a  du recul sur son parcours, il le regarde avec assez de lucidité. Quand on se penche sur ces gens-là, qu’on leur parle, on échappe à la caricature et c’est ce qu’on voulait. » 

Violette Lazard / invitée de la rédaction

Choix de la station

À venir dansDanssecondess