Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Verbalisé pour avoir un logo du Stade Rochelais sur sa plaque d'immatriculation

mardi 30 août 2016 à 9:07 Par Mélanie Domange, France Bleu La Rochelle

Un Rochelais a reçu un PV de 90 euros pour avoir masqué le logo de la région avec un autocollant du club de rugby de la Rochelle.

Jean-Luc a reçu un PV de 90 euros pour avoir affiché le logo de son club de rugby sur sa plaque
Jean-Luc a reçu un PV de 90 euros pour avoir affiché le logo de son club de rugby sur sa plaque - (DR)

Charente-Maritime, France

Jean-Luc a d'abord cru à une blague! Ce Rochelais de 58 ans, fan de rugby, n'en a pas cru ses yeux quand il a vu le papillon sur son pare-brise. Une amende salée, 90 euros. Il avait apposé sur sa plaque un autocollant aux couleurs du stade rochelais, le club de rugby local, en remplacement de l'identifiant régional. Une pratique fréquente, tolérée, mais (si on lit bien les textes) interdite. Ce qui n’a pas pas plu à un policier pointilleux, qui lui a infligé une contravention de quatrième classe. 

Finalement, Jean-Luc ne paiera pas!

Jean-Luc a eu du mal à digérer ses 90 euros d'amende

Le Rochelais a reçu le soutien de beaucoup de monde. Et notamment de l'automobile club rochelais, qui appelle à la clémence. Un appel  visiblement entendu. Convoqué au commissariat hier soir, Jean-Luc s'est fait promettre qu'il n'aurait pas à payer l'amende. Mais pour être certain qu'un autre ne subisse pas la même mésaventure, il n'y a qu'une solution: changer la loi.