Faits divers – Justice

Eric Molcrette, l'instituteur pédophile, condamné à 20 ans de prison

Par Nicolas Peronnet et Willy Moreau, France Bleu La Rochelle, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu jeudi 15 décembre 2016 à 18:03 Mis à jour le vendredi 16 décembre 2016 à 17:38

La cour d'assise de la Savoie va rendre son verdict vendredi. 20 ans de réclusion criminelle ont été requis
La cour d'assise de la Savoie va rendre son verdict vendredi. 20 ans de réclusion criminelle ont été requis © Radio France - Bleuette Dupin

Comme l'avait requis l'avocat général, Eric Molcrette a été condamné à 20 ans de prison dans l'affaire de pédophilie de Planaise, en Savoie, et Mornac-sur-Seudre, près de Royan. L'ancien instituteur était jugé pour viols, agressions sexuelles et attouchements sur trente fillettes.

Après une semaine de procès, le verdict est tombé vendredi en début d'après-midi : Eric Molcrette est condamné à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Savoie, dont 13 ans avec sûreté. Cet ancien instituteur est jugé depuis une semaine pour des viols, agressions sexuelles et attouchements sur trente fillettes âgées de 5 à 12 ans.

Les faits, commis entre 2011 et 2013, se sont déroulés pour l'essentiel dans l'école du petit village savoyard de Planaise près de Montmélian, lors de cours de soutien pendant lesquels cet homme de 51 ans avait mis en place des "ateliers du goût", où il imposait des fellations à ces enfants les yeux bandés. A Mornac-sur-Seudre, près de Royan en Charente-Maritime, il a reconnu des agressions sexuelles, sous la forme de caresses faites dans leur sommeil à onze fillettes de 8 à 12 ans, lors d'une colonie de vacances équestre qu'il a dirigé pendant un mois. Dans les deux cas, les victimes ont été identifiées grâce aux photos qu'il avait prises systématiquement et qui ont été retrouvées dans son ordinateur.

Un procès "hors norme" pour l'avocate générale

Dans son réquisitoire, l'avocate générale, qui a évoqué un procès "hors-norme" et la "gravité exceptionnelle des faits", a demandé aux jurés de prononcer la peine maximale, vingt ans de réclusion criminelle, assortie d'une période de sûreté des deux-tiers, ainsi qu'un suivi socio-judiciaire de dix ans. Agnès Deletang a insisté sur la "dangerosité" de ce "pédophile de proximité avec un statut qui le plaçait ipso facto au-dessus de tout soupçon" regrettant que, contrairement au système américain, il n'y ait pas en France "la possibilité de cumuler" les peines.

Face à des familles rongées de culpabilité de ne pas avoir pu protéger leurs enfants, la représentante du ministère public a insisté sur la "confiance trahie" et la difficulté de décrypter les signaux qu'Eric Molcrette, décrit comme "un manipulateur à l'âme noire", qui a "glissé" dans la pédo-pornographie sur internet à partir de 2009, aurait pu émettre : "Il s'est habillé en brebis pour masquer le loup qui entre dans la bergerie".

"Nous, la peine on l'a à vie" - Une maman

Les familles des victimes, dont la dignité a été saluée dans le réquisitoire, ont vécu des moments très pénibles au cours de cette semaine d'audience. Mardi, une vingtaine de parents ont raconté à la barre leur culpabilité "d'avoir emmené tous les matins leurs filles chez le bourreau", les dégâts que l'affaire a provoqué dans les foyers, et la peur des séquelles psychologiques sur leurs enfants.

"il n'y a pas de peine maximale pour cette personne-là", estime l'une des mamans, qui a accepté de témoigner au micro de France Bleu Pays de Savoie à l'issue du réquisitoire : "Nous, la peine on l'a à vie. J'espère que le verdict sera à la mesure des atrocités qu'il a fait subir à nos enfants. J'espère que les jurés prononceront vingt ans, qu'ils auront entendu tous les dégâts que monsieur Molcrette a pu faire, mais aucune peine ne pourra soulager la notre. On arrive pratiquement au terme de ce procès et je vois que de nombreuses réponses resteront pour toujours en suspens".

ECOUTEZ la maman de l'une des fillettes victimes d'Eric Molcrette

"J'espère que vous aurez la force de vous reconstruire" déclare Eric Molcrette

Au cours de la dernière journée d'audience et avant le délibéré, Eric Molcrette a pris la parole. Il a refusé de s'excuser car "les faits sont impardonnables" estime-t-il. "J'espère que vous aurez la force et l'amour nécessaires pour vous reconstruire" a-t-il déclaré aux familles des victimes. La condamnation de l'ancien instituteur est assortie d'une peine de 13 ans avec sûreté. Ayant déjà effectué 3 ans, Eric Molcrette ne sera pas libérable avant 2026.

A LIRE AUSSI :

Assises de la Savoie : l'ancien instituteur de Planaise jugé pour viols et agressions sexuelles

Assises de la Savoie : l’ancien instituteur de Planaise explique avoir mélangé monde réel et monde virtuel

Assises de la Savoie : Luc Ferry, cité par une partie civile, doit témoigner à la barre