Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vers un procès en appel dans l'affaire du viol d'une étudiante à Niort

mardi 27 novembre 2018 à 15:55 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou et France Bleu Touraine

Il y aura un nouveau procès dans l'affaire du viol d'une étudiante à Niort, jugée il y a dix jours devant la cour d'assises des Deux-Sèvres. Ce n'est pas le Guyanais condamné pour viol qui fait appel mais son co-accusé. Appel également du côté du parquet.

Le 16 novembre dernier, les deux accusés ont été condamnés à 10 et 15 ans de réclusion
Le 16 novembre dernier, les deux accusés ont été condamnés à 10 et 15 ans de réclusion © Radio France - Noémie Guillotin

Niort, France

Dix jours après la condamnation de deux hommes de 22 et 25 ans par la cour d'assises des Deux-Sèvres pour des faits d'extorsions avec violences à Niort et Tours et pour l'un d'eux également de viol, on apprend que l'un des deux condamnés fait appel.

Ce n'est pas Jean-Marc Finkoual, le Guyanais de 22 ans reconnu coupable de viol et condamné à 15 ans de réclusion criminelle, la peine maximale, qui fait appel mais son co-accusé Fakhrdin Mohamadi Chibaco. Ce dernier, un Tourangeau originaire de Mayotte âgé de 25 ans, a été lui condamné à 10 ans de réclusion dans le volet extorsions du dossier. 

Par ailleurs, le parquet général a lui formé "un appel incident" pour que les deux hommes soient rejugés et non pas simplement Fakhrdin Mohamadi Chibaco.

"C'est un mépris pour la victime", maître Nathalie Marret, avocate de la jeune femme

Une décision du parquet "incompréhensible" réagit avec colère maître Nathalie Marret, avocate de la jeune femme. "Cet appel incident ne respecte pas la position de M. Finkoual qui avait indiqué qu'il respecterait la décision qui serait prise à son encontre et qui ne fait pas appel. Mais c'est surtout un mépris pour la victime".

Elle poursuit : "On la contraint à passer une année supplémentaire voire plus dans la souffrance, en attente d'un nouveau procès après ces trois jours qui ont déjà été très durs pour elle. Ce n'est pas la peine de nous faire des beaux discours même au niveau national sur le respect des droits de la victime lorsque l'on voit ce qui se passe en pratique et qu'une telle décision est rendue au mépris des droits des victimes".