Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Caravelle Ajaccio-Nice : vers une levée du "secret défense" sur le crash d'un avion en 1968 près d'Antibes

mardi 5 septembre 2017 à 15:52 Par Violaine Ill et Isabelle Lassalle, France Bleu Azur, France Bleu RCFM et France Bleu

Pour faire la vérité sur le mystérieux accident de la Caravelle Ajaccio-Nice qui a fait 95 morts le 11 septembre 1968, l'enquête s'oriente vers une demande de levée du secret défense, comme l'a indiqué ce mardi un avocat des familles des victimes.

Cérémonies et dépôt de gerbes, en souvenirs de l'accident aérien de la caravelle Ajaccio-Nice (en 2008).
Cérémonies et dépôt de gerbes, en souvenirs de l'accident aérien de la caravelle Ajaccio-Nice (en 2008). © Maxppp -

Nice antibes

Le crash de la Caravelle Ajaccio-Nice de nouveau sur le devant de la scène

Les enquêteurs s'apprêtent à demander au juge d'instruction une levée du secret défense dans l'affaire de la Caravelle Ajaccio-Nice qui s'était abîmée en mer le 11 septembre 1968 au large d'Antibes. Le crash avait fait 95 morts dont 12 enfants.

Selon l'avocat des parties civiles, Maître Paul Sollacaro, les services de gendarmerie après deux ans d'enquête seraient arriver à cette conclusion cet été :

"Une levée du secret défense est nécessaire affirme l'avocat à France Bleu Azur pour savoir si ce jour-là un tir de missiles lors de manœuvres militaires a frappé accidentellement l'avion."

Les enquêteurs "ont été au contact des différents organismes d'État pour en savoir plus sur les opérations de tir à l'époque et ils ont eu le même sentiment que nous avons depuis bientôt 50 ans, à savoir que manifestement il y a des éléments qui ne sont pas communiqués", affirme Me Paul Sollacaro.

"Ils pointent dans leur rapport les contradictions, les éléments qui paraissent ne pas coller à la thèse officielle et ceux qui ne leur ont pas été transmis, manifestement couverts par le secret défense (...) La prochaine étape, vraisemblablement, est que le juge fasse une requête aux fins de déclassification des documents", précise l'avocat.

Une enquête relancée à Nice en 2012

Selon l'association des familles des victimes, l'armée aurait pu procéder le jour de l'accident à des manœuvres, au cours desquelles un missile aurait touché par erreur la Caravelle.

L'enquête a été relancée à Nice en 2012. Elle s'appuie notamment sur le témoignage d'un technicien de l'ORTF. Il était présent le jour où des hommes étaient venus saisir, après le crash, une bande-son mettant potentiellement en cause l'armée française dans l'accident.

Depuis près de 50 ans, les familles de victimes attendent non plus un procès, mais "de connaître la vérité" selon Maître Sollacaro."

  - Maxppp
© Maxppp -