Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Drame de Vertou : quatre mois de suspension de permis pour l'automobiliste aveuglée par le soleil

lundi 4 septembre 2017 à 16:54 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

Une automobiliste de 80 ans était jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Nantes. En mars 2016 à Vertou (près de Nantes), éblouie par un soleil rasant, elle a percuté un piéton sur un passage clouté. L'homme âgé de 61 ans est décédé trois semaines plus tard d'un infarctus.

Le procès s'est tenu devant le tribunal correctionnel de Nantes.
Le procès s'est tenu devant le tribunal correctionnel de Nantes. © Radio France - Pascale Boucherie

Vertou, France

A l'audience, l'avocate de l'automobiliste insiste sur le fait que ce genre d'accident peut arriver à tout le monde :

On a tous au détour d'une route eu le soleil en face. Ma cliente a son permis depuis 50 ans, une très bonne vue et un bonus maxi."

Il s'agit explique l'avocate de l'automobiliste, "d'un concours de circonstances malencontreux auquel nous pouvons tous être confrontés".

Pas une folle du volant

La retraitée de 80 ans responsable de l'accident fait face au juge, un mouchoir serré dans son poing, elle exprime ses "regrets sincères", murmure qu'elle "n'est pas une folle du volant". Ce jour-là, elle sort d'une route très sombre avec de grands sapins, elle rentre chez elle tranquillement, comme d'habitude, quand soudainement son pare-brise éclate.

J'ai cru que ma voiture s'était cassée, j'étais loin de penser que j'avais renversé quelqu'un."

Cette octogénaire vit isolée à quatre kilomètres de tous commerces. Son mari n'a jamais passé le permis. Ils devront faire sans voiture pendant quelques temps. Le tribunal la condamne à quatre mois de suspension de permis et 400 euros d'amende.

La famille de la victime est absente du banc des parties civiles. Meurtrie elle n'en a pas le courage d'assister au procès précise son avocat. Qui fait savoir que pour elle les circonstances sont difficiles à entendre. Jusqu'à l'accident la victime était dit t'elle en pleine forme.