Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Vesoul, procès de la maltraitance animale

mercredi 10 janvier 2018 à 20:56 Par Jean-François Fernandez, France Bleu Besançon

La responsable d'un élevage de Haute-Saône comparait jeudi 11 janvier 2018 devant le tribunal correctionnel de Vesoul pour des faits de maltraitance sur des chevaux et des chiens de mars 2016 à mars 2017. Elle doit aussi répondre de harcèlement moral après le suicide de sa jeune apprentie.

Le palais de justice de Vesoul
Le palais de justice de Vesoul © Radio France - JEF

Gézier-et-Fontenelay, France

Le tribunal correctionnel de Vesoul va juger ce jeudi 11 janvier 2018, une Haut-Saônoise accusée de mauvais traitements envers des animaux. 

Des chevaux et des chiens en mauvais état de santé

Il y a un an, fin janvier 2017, les services vétérinaires interviennent sur un élevage à Gézier-et-Fontenelay, à la limite du département du Doubs entre Gy et Geneuille. 

41 chevaux et 35 chiens sont été évacués. Les chiens, des bouviers suisses et des laïkas de Yakoutie (chiens de traîneaux) sont confiés à la SPA qui les stérilise. Les chevaux, des pur-sang arabes pour la plupart, sont transférés dans le département de l'Orne dans le seul centre en France spécialisé dans l'accueil des équidés victimes de maltraitance. Les chevaux, victimes de coups de fourche,  souffrent de septicémie et son euthanasiés.

L'accusée explique avoir été débordée par l'ampleur de son élevage.

Une apprentie qui alerte avant de se suicider

C'est une jeune apprentie âgée de 16 ans qui donne l'alerte sur les réseaux sociaux, avant de contacter des éleveurs qu'elle connait. L'adolescente fini par se suicider après avoir lancé l'alerte. La responsable de l'élevage comparait également pour harcèlement moral. La justice estime que son comportement à l'égard de la jeune apprentie peut avoir favorisé le passage à l'acte.