Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Viande de cheval : renvoi en correctionnelle demandé pour deux ex-dirigeants de Spanghero

vendredi 2 mars 2018 à 10:52 - Mis à jour le vendredi 2 mars 2018 à 11:30 Par Thibaut Lehut, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le juge d'instruction a demandé le renvoi en correctionnelle de deux anciens dirigeants de la société Spanghero pour leur implication dans le scandale de la viande de cheval, révèle l'AFP ce vendredi.

Des marques de surgelés comme Findus avaient été touchées par le scandale.
Des marques de surgelés comme Findus avaient été touchées par le scandale. © Maxppp -

Une ordonnance de renvoi en correctionnelle a été demandé par le juge d'instruction pour deux ex-dirigeants de Spanghero et deux négociants néerlandais, affirme l'AFP ce vendredi. Un des prévenus a cependant fait appel de l'ordonnance de renvoi, qui n'est donc pas définitive, précise l'AFP. Le procès éventuel visera à déterminer leur degré de responsabilité dans l'escroquerie de la viande de cheval vendue comme du bœuf, découverte en 2013. 

Jugés pour "tromperie" et "escroquerie en bande organisée"

Si l'ordonnance de renvoi est validée en appel, l'ancien patron de l'entreprise implantée dans le sud-ouest de la France et spécialisée dans la transformation de viandes doit comparaître aux côtés de l'ex-directeur du site. Ils seront jugés pour "tromperies" et "escroquerie en bande organisée", comme l'avait requis le parquet de Paris à l'été 2016 après trois ans d'enquête.

Ces quatre personnes sont soupçonnés d'avoir trompé la société de fabrication de plats préparés Tavola, filiale du groupe Comigel, en lui vendant en 2012 et début 2013 plus de 500 tonnes de viande présentée comme du bœuf alors qu'il s'agissait de cheval, notamment en modifiant l'étiquetage des produits.

4,5 millions de plats cuisinés concernés

Le scandale, qui avait démarré au Royaume-Uni début 2013, s'était étendu à toute l'Europe. Il avait mis en lumière l'opacité des circuits  d'approvisionnement et de transformation menés par des "traders" en viande dont les affaires passaient par Chypre, les Pays-Bas ou la  Roumanie.

Le scandale n'avait pas pris de dimension sanitaire, mais avait eu un fort retentissement auprès des consommateurs. Plusieurs marques de surgelés - comme Findus et Picard - avaient été touchées, dans un contexte de tromperie massive portant sur 750 tonnes de viande  écoulées dans 13 pays européens, soit 4,5 millions de plats cuisinés.