Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Victime de vols à répétition, une entreprise envisage de quitter Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Depuis plusieurs semaines, une entreprise de location de camions est victime presque quotidiennement de vols dans la zone d’activité du Polygone-Nord, à Perpignan. Le patron dénonce une « zone de non-droit » et n’exclut pas de quitter Perpignan avec ses quinze salariés.

Vol de carburant dans un camion - Photo d'illustration
Vol de carburant dans un camion - Photo d'illustration © Maxppp - Joël Le Gall

Perpignan, France

Chaque matin, les quinze salariés de « Via Location » arrivent sur leur lieu de travail la boule au ventre dans le quartier du Vernet à Perpignan. Cette entreprise de location de camions est victime de vols presque chaque nuit. « Systématiquement, notre première tâche, le matin, est de faire le tour du parking pour constater les dégâts », raconte le directeur Jean-Michel Moulis. 

Le mode opération est chaque fois identique : le grillage est découpé, et les malfaiteurs pénètrent dans l'enceinte de l'entreprise pour se servir. Pneus, batteries de camion, carburant, capots de véhicule... « Le préjudice est très important, sans compter les dégâts. Parfois, les réservoirs sont carrément percés ». 

Le directeur du site explique avoir porté plainte à plusieurs reprises, sans résultat. Désormais, il ne prend même plus le temps de se rendre au commissariat. « Je me sens totalement démuni. La nuit, c’est devenu une zone de non-droit. Il faudrait davantage de présence policière». Si la situation persiste, Jean-Michel Moulis n’exclut pas de quitter Perpignan. « Quand je vois que je ne peux pas verser une prime de 150 euros au mécanicien parce qu’on m’a volé 200 litres de gazole, cela me perturbe fortement ». 

"C'est devenu une zone de non-droit", témoigne Jean-Michel Moulis

Cette situation préoccupe l’association Espace Polygone (AEP) qui fédère 200 entreprises de la zone d’activité. « Ces faits ne sont pas isolés, explique le président Mathieu Laroussinie, une dizaine d’entreprises sont ciblées en permanence par les voleurs ». L’association remue ciel et terre pour améliorer la sécurité sur la zone d’activité. La ville de Perpignan a promis la vidéosurveillance, et le préfet est venu récemment à la rencontre des entrepreneurs inquiets. La police pourrait mener prochainement des opérations coup-de-poing. 

Et parce que l’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, l’association Espace Polygone envisage de se doter de son propre service de sécurité privé, pour assurer des rondes pendant la nuit.