Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Victoire judiciaire à Bayonne pour les palefreniers de la défunte marquise de Moratalla

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu Gascogne

Le Conseil de prud'hommes de Bayonne vient de donner gain de cause aux employés qui s'occupent des chevaux de la marquise décédée en 2017. Ils ne sont plus payés depuis de longs mois en raison de la guerre de succession sans fin que se livrent les deux fils de la défunte.

La marquise de Moratalla était une passionnée de chevaux de course
La marquise de Moratalla était une passionnée de chevaux de course © Maxppp - Richard picotin

La décision du conseil de prud'hommes de Bayonne tombée ce mercredi 13 janvier 2021, est une bouffée d’oxygène pour des salariés aux abois. Elle est le résultat d'une bataille de plus de sept mois menée par leur avocate Me Jeanne Cazalet. Elle a remué ciel et terre pour obtenir un résultat positif. C'est chose faite. La justice ordonne le versement des salaires aux palefreniers qui ne sont plus payés depuis trois mois alors qu'ils continuent de s'occuper des chevaux sur les sites landais et basques de la défunte marquise. Certains palefreniers sont en arrêt maladie et sous tranquillisants.

Des bataillons d'avocats

Le contexte de cette affaire est kafkaïen. Depuis maintenant trois ans, les deux fils de Soledad Cabeza de Vaca marquise de Moratalla, se disputent l'immense fortune laissée par leur mère. Une bataille à coups de procédures sans fin et de bataillons d'avocats. D'un coté German de la Cruz qui réside dans le domaine de Coumères à Bayonne, fils adoptif de l'aristocrate. De l'autre le fils naturel Forester Labrouche qui habite en Suisse. Toutes ces procédures bloquent la succession. Les employés sont pris dans cette bataille et en paient les pots cassés. Ils ne sont plus payés, ou de façon épisodique, mais doivent continuer de s'occuper des chevaux sous peine de les voir mourir.

Des fonds qu'il faut débloquer

Le conseil de prud'hommes de Bayonne ordonne au mandataire judiciaire FHB, de Paris, (nommé par la justice pour assurer la succession) de débloquer les fonds et de les verser à six des huit employés. La somme totale tourne autour des 25.000 euros. La décision est assortie d'une astreinte journalière de 50 euros. Une provision de 3.000 euros à valoir sur les dommages et intérêts est également décidée ainsi que 1.000 euros pour les frais d'avocat. Un appel est possible mais la décision est immédiatement exécutoire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess