Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO -"On a eu une hausse de 30% des faits de violences conjugales durant le confinement", France Victimes 37

-
Par , France Bleu Touraine

L'association France Victimes 37 va équiper les quinze brigades de gendarmerie du département en tablette numérique. Objectif, permettre aux victimes qui vivent en milieu rural d'être en lien direct avec le service d'aide aux victimes de l'association basé à Tours.

Marie-Paule Carrey-le Bas, directrice de l'association France Victimes 37
Marie-Paule Carrey-le Bas, directrice de l'association France Victimes 37 © Radio France

Marie-Paule Carrey-le Bas est la directrice de France Victimes 37. Elle était l'invitée ce jeudi de France Bleu Touraine : 

"On s'est dit qu'il était particulièrement inégal pour les personnes victimes qui habitent en dehors de la métropole de ne pas avoir le même niveau de service et le même droit à l'information que celles qui habitent à Tours."

Demain, l'ensemble des 15 brigades de gendarmerie du département pourront donc proposer une tablette numérique pour être en lien direct avec le service d'aide aux victimes de l'association. 

"Pour accéder à notre service juridique, pour tout savoir sur les droits des personnes victimes d'infraction, pour connaitre les procédures à effectuer... " 

Le huis-clos familial lors du confinement a mis une chappe de plomb sur ces violences intra-familiales"

"Selon nos chiffres, on a eu une augmentation de 30% des faits de violence conjugales, mais la majorité de nos activités se sont arrêtées avec le confinement, nous avons pu nous concentrer sur ces violences  et nos services ont pu mettre en place peut-être plus facilement des mesures de protection de ces femmes à ce moment-là. Nous avons d'ailleurs remis un téléphone très grave danger à l'une d'elles.

Il y a également eu des violences sur les enfants. Mais là les enfants ont eu plus de mal à se signaler car ils devaient rester au domicile familial. L'école est  souvent un bon relais pour informer des faits de violence et là ça n'a pas été le cas". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess