Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - À Rennes, un exercice grandeur nature pour les CRS et policiers bretons

-
Par , France Bleu Armorique

Près de 170 policiers et CRS ont participé à un exercice jeudi 25 mars à Rennes (Ille-et-Vilaine). Venus du Morbihan, des Côtes d'Armor et d'Ille-et-Vilaine, ils se sont entraînés lors d'une fausse manifestation, pour s'adapter aux nouvelles pratiques des manifestants.

Un canon à eau a été utilisé pour éloigner les faux manifestants.
Un canon à eau a été utilisé pour éloigner les faux manifestants. © Radio France - Maxime Glorieux

Des manifestants lancent des pavés en direction du barrage de CRS. Cela ressemble à une fin de manifestation agitée, sauf qu'ici, les pavés sont en mousse... Et les manifestants sont joués par des CRS déguisés. Près de 170 policiers et CRS venus du Morbihan, des Côtes d'Armor et d'Ille-et-Vilaine ont participé à un entraînement grandeur nature à Rennes jeudi 25 mars.

Les gilets jaunes et l'ultra-gauche ont cassé les codes habituels, on modifie régulièrement nos entraînements.

Cet exercice rassemblaient pour la première fois des forces de l'ordre de ces trois départements bretons dans le cadre du nouveau schéma de maintien de l'ordre. Le scénario était une manifestation traditionnelle, dans le calme, avant la montée en tension avec l'arrivée des "black blocs", ce mouvement faisant usage de la violence. 

Le but de cet exercice annuel est de répondre au mieux aux difficultés rencontrées sur le terrain mais également de s'adapter à l'évolution des pratiques des manifestants. "Les gilets jaunes ont cassé les codes habituels de la manifestation, l'ultra-gauche, avec sa forte présence dans la région ouest, nous a obligé à nous adapter. On modifie très régulièrement nos entraînements", explique Christian Ghirlanda, le directeur zonal adjoint des CRS Ouest.

Les canons à eau pour éviter le contact 

Un drone survole le champ de bataille. "Pour l'instant, on n'a pas le droit de l'utiliser car les textes législatifs ne sont pas encore sortis mais on se prépare malgré tout. Le drone permet de prendre des images pour notre formation mais aussi de commencer à travailler sur la prise d'images opérationnelle", analyse le commissaire Christian Ghirlanda. 

Des ateliers thématiques ont eu lieu le matin avant l'exercice commun, grandeur nature, en début d'après-midi.
Des ateliers thématiques ont eu lieu le matin avant l'exercice commun, grandeur nature, en début d'après-midi. © Radio France - Maxime Glorieux

Avant de pouvoir utiliser les drones, les forces de l'ordre s'entraînent avec un canon à eau. "L'utilisation de mortiers, avec des tirs sur des fonctionnaires, nous ont fait nous orienter vers des modes d'interposition nouveaux, détaille le directeur zonal de la sécurité publique Ouest-Rennes, François Angelini. On était sur des barrages, des boucliers mais on est maintenant plutôt sur des engins lanceurs d'eau, que l'on va utiliser de plus en plus à l'avenir car cela permet de protéger les fonctionnaires des blessures infligées par les manifestants et, à l'inverse, en évitant le contact, on évite les coups intempestifs, les chevilles tordues, les chutes des manifestants."

C'est un peu de l'art : un ballet, non violent mais déterminé, sans blessé.

Comment jauger la réussite de cet exercice ? Par l'absence de violences lors des interpellations, répond François Angelini. "Se mettre en capacité d'exercer un beau geste technique, c'est un peu de l'art finalement : il faut que ce soit un ballet, pas violent mais déterminé, sans blessé."

Les faux manifestants disposaient de banderoles et de pavés en mousse.
Les faux manifestants disposaient de banderoles et de pavés en mousse. © Radio France - Maxime Glorieux
Choix de la station

À venir dansDanssecondess