Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Meurtre d'Alexia Daval

Affaire Alexia Daval : le mari est mis en examen pour meurtre sur conjoint

mardi 30 janvier 2018 à 20:00 Par Blandine Costentin et Magali Fichter, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon, France Bleu Bourgogne et France Bleu

La procureure de la République de Besançon a annoncé, ce mardi, en conférence de presse, la mise en examen de Jonathann Daval, mari d'Alexia, pour "meurtre sur conjoint", et son placement en détention. Un peu plus tôt dans la journée, Jonathann Daval a avoué avoir tué son épouse accidentellement.

La procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot.
La procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot. © AFP - Sébastien Bozon

Besançon, France

Jonathann Daval, le mari d'Alexia Daval, a été mis en examen "pour meurtre sur conjoint", a annoncé ce mardi, en conférence de presse, la procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot. Il encourt la réclusion à perpétuité, et est placé en détention. Une déclaration qui intervient quelques heures après les aveux de Jonathann Daval : ses avocats ont annoncé que le jeune homme avait reconnu avoir tué accidentellement son épouse Alexia, "dans une crise de couple". Le corps de la jeune femme de 29 ans avait été retrouvé le 30 octobre 2017 dans une forêt de Haute-Saône. 

La préméditation n'a pas été retenue

"C'est vraisemblablement une dispute conjugale" qui est à l'origine du meurtre, a précisé Mme Edwige Roux-Morizot, soulignant que "la préméditation n'a pas été retenue". Mais l'ensemble des explications de Jonathann Daval, et "des éléments d'enquête ont abouti à des éléments suffisants pour imaginer que la mort a été donnée volontairement et non pas accidentellement," a précisé la procureure. Soulignant "un travail d'enquête exemplaire", la procureure a déclaré qu'Alexia Daval avait été tuée "vraisembablement dans la nuit avant que ne soit déclarée sa disparition".

Des aveux qui corroborent les éléments découverts par les enquêteurs

Pour la procureure, "c'est mieux" que Jonathann Daval aie fini par avouer, mais ce n'était "pas indispensable", l'enquête ayant suffisamment avancé pour mettre en examen le mari de la victime. Le colonel de gendarmerie présent à la conférence de presse a évoqué des "traces de pneumatiques, morceaux de tissus", sur les lieux de l'enquête - un tissu pouvant correspondre à des draps appartenant au couple. "Le drap qui recouvrait pour partie le corps d'Alexia était un élément central," souligne la procureure, notamment pour exclure la piste d'une rencontre fortuite avec un prédateur sexuel, puisqu'il est difficile d'imaginer qu'un tel suspect aie eu un drap de lit sur lui.

Depuis le début de la garde à vue de Jonathann Daval, la figure du mari éploré s'était fendillée. Le jeune homme a continué de nier toute implication dans la mort de son épouse, avant de craquer. Selon son avocat, Me Schwerdorffer, "il était au bout, il fallait que ça sorte".