Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Benalla : suivez en direct vidéo l’audition du préfet de police Michel Delpuech à l’Assemblée nationale

lundi 23 juillet 2018 à 9:47 - Mis à jour le lundi 23 juillet 2018 à 14:41 Par Germain Arrigoni, France Bleu Paris et France Bleu

Alors que le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est dédouané sur l'affaire Benalla lundi lors de son audition à l'Assemblée par la commission d'enquête en chargeant le cabinet d'Emmanuel Macron et le préfet de police, c'est au tour de ce dernier d'être entendu par les députés cet après-midi.

Michel Delpuech, le préfet de police
Michel Delpuech, le préfet de police © Maxppp -

Après l'audition du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lundi matin sur l'affaire Benalla, c'est au tour du préfet de police Michel Delpuech d'être entendu à l'Assemblée par la commission d'enquête cet après-midi.

Un rendez-vous qui s'annonce électrique même si Emmanuel Macron a assuré qu'il n'y aurait pas d'"impunité", après la mise en examen de son ex-conseiller pour "violences".

Les vidéos montrant Alexandre Benalla, un proche collaborateur du chef de l'Etat, en train de frapper et malmener des manifestants le 1er mai à Paris alors qu'il accompagnait les forces de l'ordre en tant qu'"observateur", ont plongé depuis la semaine dernière l'exécutif dans sa plus grave crise.

Le conseiller de 26 ans - dont le licenciement a été annoncé vendredi -, l'employé de LREM Vincent Crase, avec lui en cette Fête du travail, et trois haut gradés de la police soupçonnés d'avoir transmis à M. Benalla des images de vidéo-surveillance de l'incident ont été mis en examen dimanche soir: les deux premiers notamment pour "violences en réunion" et les trois policiers notamment pour "violation du secret professionnel". 

Alors que le silence d'Emmanuel Macron sur cette affaire était de plus en plus vivement dénoncé, son entourage a fait savoir dans la soirée que le chef de l'Etat juge "inacceptables" les faits reprochés à M. Benalla et promet qu'il n'y aura "pas d'impunité".

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb est convoqué à l'Assemblée nationale ce lundi matin. Il doit s'expliquer devant la commission des lois de l'Assemblée, dotée de pouvoirs d'enquête. Les députés d'opposition, qui l'accusent d'avoir menti jeudi dernier devant le Sénat, vont le mettre sur le grill. Gérard Collomb devra répondre à des "questions très nombreuses et d'une très grande gravité", selon le co-rapporteur Guillaume Larrivé, du groupe les Républicains, sur l'affaire de ce collaborateur de l'Elysée filmé en train de violenter des manifestants le 1er mai à Paris. 

Les oppositions dénoncent les "mensonges" du ministre et plusieurs personnalités, à droite comme à gauche, de Nicolas Dupont-Aignan à Jean-Luc Mélenchon, ont demandé la démission du ministre de l'Intérieur. 

  - Visactu
© Visactu