Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Affaire Naomi Musenga à Strasbourg

VIDÉOS - Affaire Naomi à Strasbourg : "Personne ne demande pardon, ni l’opératrice du Samu, ni l’hôpital"

jeudi 24 mai 2018 à 11:10 - Mis à jour le jeudi 24 mai 2018 à 19:24 Par Rachel Noël et Maud Czaja, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les parents de Naomi sont amers après leur rendez-vous mercredi soir avec le directeur de l'hôpital de Strasbourg. Ils regrettent que l’opératrice du Samu se pose en victime et ne demande pas pardon. Ils estiment aussi que l'hôpital n'est pas à leurs côtés.

Polycarpe et Bablyne Musenga, les parents de Naomi invités de France Bleu Alsace
Polycarpe et Bablyne Musenga, les parents de Naomi invités de France Bleu Alsace © Radio France - Céline Rousseau

Strasbourg, France

Les parents de Naomi, Polycarpe et Bablyne Musenga, étaient ce jeudi les invités de France Bleu Alsace. Ils réagissent pour la première fois aux propos de l’opératrice du Samu qui n’a pas pris l’appel de leur fille au sérieux. Mercredi soir ils étaient reçus par le directeur de l'hôpital de Strasbourg, qui devait leur remettre les éléments de l'enquête administrative. Ils n'ont reçu aucune réponse et l'hôpital n'a présenté aucune excuse. Leur fille Naomi est morte le 29 décembre dernier.

Une fois de plus, l'hôpital n'est pas à nos côtés" - la mère de Naomi

Ce que les parents de Naomi ont beaucoup de mal à vivre, c'est la façon de faire de l'hôpital. Pour Bablyne, la mère de Naomi, cela pose question : "Nous n’avons pas eu d'excuses. S’ils ne pouvaient pas répondre à nos questions, ils auraient pu présenter des excuses de la part de l’opérateur. _Une fois de plus, l’hôpital n’est pas à nos côtés_. Est-ce qu’ils sont contre nous ou avec nous ?"

Et le père de Naomi, Polycarpe, lui aussi s'interroge : "La première fois que nous nous étions vus, le directeur général semblait présenter ses condoléances et s’excuser sous réserve des résultats de l’enquête. _Que ce soit l’opératrice, ou l’hôpital, je ne vois pas cette idée de vouloir ouvertement présenter des excuses_".

L'opératrice se pose en victime

Pour le père de Naomi, l'opératrice qui a notamment expliqué qu'elle était sous pression, aurait dû s'excuser : "Cette opératrice reste dans son confort. Je l’ai écoutée, elle dit qu’elle souffre et reste confinée chez elle. Elle se victimise. On ne voit pas d'idée de regrets. Et c’est comme si l’hôpital la suivait. Tout le monde reste dans son confort et (personne) ne demande pas pardon".

Avec les différentes marches blanches, les parents ont le sentiment d'être soutenus par l'opinion publique. Mais ils espèrent également que le système judiciaire soit au rendez-vous : "J’aimerais adresser un message solennel au système judiciaire de notre pays, de ne pas mépriser l’opinion publique, la masse qui est derrière cette histoire. La France et le monde entier regardent le monde judiciaire pour voir comment il va se comporter. Je souhaite qu’il y ait un juge d’instruction qui prenne l’affaire et qu’elle ne traîne pas. La population est en attente de réponse"

Ils continuent de nous balader" - le père de Naomi

Après le rendez-vous de mercredi soir, les parents continuent de s'étonner qu'on ne leur fournisse pas de réponse : "Le directeur général de l’hôpital nous avait promis qu’il pourrait nous donner des premiers éléments de réponse. _On n’a pas compris. Il nous avait promis_. C’est un peu bizarre, c’est comme s'ils continuaient à balader les gens".

Ce manque d'information étonne et choque aussi Bablyne Musenga : "Ils devaient nous rendre compte sur les deux questionnements qu’on leur avait posés, à savoir sur la prise en charge et sur ce qui a tué Naomi. _Avec tous les éléments qu’ils ont, ils peuvent avoir les éléments sur la mort de ma fille (…) Et là, ils ne nous ont rien dit_.."

Elle ajoute : "Vu le choc, je pense qu'on méritait (d'être informés). Nous craignons qu’on puisse encore faire traîner".

Ce jeudi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a indiqué avoir connaissance, depuis la révélation des circonstances de la mort de Naomi Musenga, d'une "dizaine d'affaires" similaires.