Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Affaire "Air Cocaïne"

VIDÉO - Air cocaïne : les grandes dates de l’affaire

vendredi 15 février 2019 à 17:11 - Mis à jour le lundi 18 février 2019 à 9:35 Par Isabelle Lassalle, France Bleu, France Bleu Provence, France Bleu Isère et France Bleu Azur

Le procès de l’affaire Air cocaïne s’ouvre ce lundi 18 février à Aix-en-Provence. Neuf accusés, dont les deux pilotes, comparaissent pendant sept semaines devant une cour d’assises spéciale, sans jury.

Cocaïne (photo d'illustration).
Cocaïne (photo d'illustration). © Maxppp -

Aix-en-Provence, France

Deux pilotes, un gros bonnet de la drogue lyonnais, un ancien garde du corps de la jet-set, deux dirigeants d’une société d’aviation. Neuf accusés comparaîtront à partir de ce lundi 18 février à Aix-en-Provence. Le procès va durer sept semaines, devant une cour d’assises spéciale, sans jury. Tous sont soupçonnés d’avoir participé à une vaste opération d’importation de cocaïne depuis l’Amérique du Sud vers la France. Retour sur les grandes dates de cette affaire "Air cocaïne" qui débute sur le tarmac de l’aéroport de Punta Cana le 19 mars 2013.

Dans les rebondissements invraisemblables de l’affaire, la fuite rocambolesque des pilotes depuis la République dominicaine et la suspicion, un temps, autour de l’ex-chef de l’État Nicolas Sarkozy. Il était client de la société d’aviation mise en cause et a effectué trois vols à des dates problématiques. Il a été innocenté.

Des interpellations et une fuite rocambolesque

Le 19 mars 2013, quatre Français sont arrêtés à l’aéroport de Punta Cana en République dominicaine : deux pilotes, Bruno Odos et Pascal Fauret, l’homme d’affaires Alain Castany et le passager Nicolas Pisapia. Près de 700 kilos de cocaïne sont découverts à bord de leur avion, dans 26 valises. Ils sont incarcérés, et font 15 mois de détention provisoire.

En août 2015, les quatre Français sont condamnés à 20 ans de prison. Ils sont remis en liberté dans l’attente de leur procès en appel. Les deux pilotes rentrent en France, après une fuite rocambolesque, en octobre 2015. Ils sont incarcérés à la prison des Baumettes, à Marseille. La justice dominicaine confirme en appel la condamnation à 20 ans de prison pour les deux pilotes en février 2016.

Recherché pour son implication dans l'évasion des deux pilotes, Christophe Naudin est extradé d’Égypte vers la République dominicaine. En mars 2016, les deux pilotes sont remis en liberté sous contrôle judiciaire. Le commanditaire présumé du trafic, un trafiquant lyonnais, Ali Bouchareb, est interpellé en Espagne en mai 2016.

Des condamnations et des libérations

Un mois plus tard, le passager Nicolas Pisapi est condamné en appel, à 20 ans de prison. En juin 2017, le parquet demande le renvoi devant les assises de onze personnes sur les 14 mises en examen dans ce dossier, dont les pilotes. Ils clament toujours leur innocence en affirmant n’avoir pas eu connaissance du contenu des bagages.

En octobre 2017, Christophe Naudin est condamné à cinq ans de prison. Trois mois et demi plus tard, il est transféré en France. Il est sorti de prison en mai 2018, pour raisons médicales. En février 2018, l’homme d’affaires Alain Castany, condamné à 20 ans de prison, est libéré pour raisons de santé. Il a été transféré en France en juin 2017. Il avait été gravement blessé dans un accident de la route en République dominicaine.

Prochaine étape à partir du 18 février 2019 : neuf accusés, sept semaines de procès devant une cour d’assises spéciale, sans jury, à Aix-en-Provence. Le passager, Nicolas Pisapia, est le seul protagoniste de l'affaire encore en République dominicaine, "en liberté surveillée avec interdiction de quitter l'île".