Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L214 milite pour le bien-être des animaux d'élevage avec ses vidéos chocs

Vidéo de L214 : le préfet de l'Indre suspend temporairement l'activité de l'abattoir du Boischaut

samedi 3 novembre 2018 à 15:04 - Mis à jour le samedi 3 novembre 2018 à 18:41 Par Denis Souilla, France Bleu et France Bleu Berry

L'abattoir de Boischaut, situé dans l'Indre, va faire l'objet d'une suspension immédiate et temporaire de ses activités. Le ministre de l'Agriculture l'a annoncé samedi, après la diffusion d'images particulièrement choquantes, tournées par l'association L214.

L'abattoir du Boischaut, sur la commune de Lacs dans l'Indre
L'abattoir du Boischaut, sur la commune de Lacs dans l'Indre © Radio France - Aurore Richard

Lacs, France

Le préfet de l'Indre a annoncé samedi avoir suspendu temporairement l'activité de l'abattoir du Boischaud, situé sur la commune de Lacs, dans l'Indre. Il a pris "à la demande du ministre" de l'Agriculture et de l'alimentation, Didier Guillaume, après la diffusion d'images tournées dans l'abattoir et diffusées ce vendredi par l'association Une L214.

L'abattoir du Boischaut est un établissement public géré par la communauté de communes du Pays de La Châtre-Sainte-Sévère. Le préfet de l'Indre, Seymour Morsy, dénonce une "maltraitance des animaux inacceptable".

Une enquête est ouverte

Dans un communiqué (voir ci-dessous), "face à des actes inexcusables", Didier Guillaume annonce samedi l'ouverture d'une enquête administrative par la Brigade nationale d'enquête vétérinaire. Le ministre prendra des décision "sur la base des conclusions" de l'enquête. 

Didier Guillaume rappelle que le gouvernement "a récemment renforcé le plan gouvernemental en faveur du bien-être animal" et que la loi du 30 octobre 2018, promulguée le 2 novembre, créé "un nouveau délit de maltraitance en abattoir" et "accentue les sanctions" contre "tout professionnel qui ne respecterait pas ses obligations vis-à-vis de la protection animale."

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation rappelle que "c'est bien aux responsables des établissements d’abattage qu’il revient de prévenir tout acte de maltraitance animale dans leurs entreprises." Il rappelle que la lutte contre la maltraitance animale "reste plus que jamais un sujet prioritaire du gouvernement".

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, a réagi en condamnant "fermement les pratiques cruelles, inadmissibles en France en 2018". "Les inspections et audits ne suffisent plus, il faut maintenant contrôler les abattoirs en continu pour mise aux normes et éradication de ces pratiques", a-t-il ajouté.

L214, qui porte plainte auprès du procureur de la République de Châteauroux pour maltraitance et sévices graves, dénonce aussi "les carences des services vétérinaires qui permettent la persistance de ces actes".

L'abattoir du Boischaut est un établissement public - Radio France
L'abattoir du Boischaut est un établissement public © Radio France - Aurore Richard

Découvrez le communiqué de Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l'alimentation

  - Aucun(e)
- © Ministère de l'Agriculture et de l'alimentation