Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vidéo du rappeur M2Z : la maire de Montbéliard porte plainte, le rappeur en garde à vue

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon, France Bleu

Après la diffusion d'une vidéo du rappeur M2Z sur Instagram, la maire de Montbéliard porte plainte pour outrage. Ce rappeur, originaire de la Petite Hollande, a été placé en garde à vue ce lundi.

Instagram (photo d'illustration)
Instagram (photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

La maire de Montbéliard porte plainte contre un rappeur de la Petite Hollande pour outrage. Dans une vidéo d'une minute et trente secondes publiée fin janvier sur son compte Instagram, on voit le rappeur M2Z faire "un freestyle" sur le siège passager d'une voiture. Il rappe de manière continue, jusqu'à citer nommément la maire de Montbéliard. S'en suivent des propos insultants ("sale pute" sic).

C'est une démarche artistique

Le rappeur, que nous avons pu contacter, dément avoir voulu viser personnellement l'élue et parle d'une démarche "artistique". "C'est une erreur de sa part, après je peux comprendre qu'elle se sente visée, mais c'est juste un malentendu", affirme M2Z, ancien étudiant en Staps qui a grandi à la Petite Hollande. Il exerce aujourd'hui comme peintre dans le bâtiment.

La phrase "sale pute" ? "C'est plus une signature vocale qu'autre chose, c'est comme si c'était une ambiance, un bruitage... c'est que de la musique, et il ne faut pas penser loin, c'est juste de l'art, c'est comme la peinture, comme la danse... après chacun sa manière de dire les choses, et ça s'appelle juste la liberté d'expression, voilà."

M2Z assure que son rap est "un art critique", qui vise avant tout à dénoncer certaines situations dans les quartiers. "Moi je décris juste une situation en fait, je suis comme un porte-parole chez moi, je cherche à mettre des tensions entre personne, j'ai juste sorti un ressenti sur ce qu'on vit ici à Montbéliard, c'est  juste moi qui l'ai dit", affirme-t-il.

L'affaire prend une tournure judiciaire

De son côté, Marie-Noëlle Biguinet, la maire de Montbéliard ne l'entend pas de cette oreille : elle a déposé plainte la semaine dernière après avoir été avisée de l'existence de cette vidéo. "Sale pute, le maire sale pute... non mais c'est quoi ça ? (...) on ne se laisse quand même pas insulter sans rien dire, non ?", s'indigne-t-elle.

On ne parle pas comme ça aux gens, encore moins à une maire

"Moi je porte plainte quand on m'insulte, je ne traite pas les gens comme ça, donc ils ne me traitent pas comme ça (...) on parle de respect à longueur d'année, donc le respect ça commence par s'adresser correctement aux gens, on ne parle pas comme ça aux gens c'est tout, et encore moins à un maire qui représente l'autorité".

Plus de 5.500 vues sur Instagram

Jusqu'où peut aller la liberté d'expression d'un artiste ? C'est désormais à la justice de trancher. Une enquête est en cours. Le jeune rappeur a été entendu par la police lundi matin, avant d'être remis en liberté. Le parquet de Montbéliard doit prochainement décider de la suite pénale à donner à cette affaire. 

Publiée le 24 janvier, la vidéo avait été visionnée plus de 5.500 fois mardi soir sur Instagram.

La plainte a été déposée pour outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique, un délit passible d'une peine pouvant aller jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende.

M2Z avait déjà fait parler de lui l'an dernier (en février 2020) lors du tournage du clip de son morceau "Sanction" : des dizaines de jeunes effectuant des rodéos s'étaient rassemblés sur une partie du quartier de la Petite Hollande, ce qui avait suscité la colère des autorités.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess