Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Explosion de la maison des Têtes il y a 30 ans à Toulon

-
Par , France Bleu, France Bleu Provence

Le 15 février 1989, une explosion détruit intégralement un immeuble situé sur la place à l’Huile à Toulon, c'est la maison des Têtes. Le bilan est lourd : 13 morts et 32 blessés. Trente ans après, retour sur ce drame toujours sans explication officielle.

Effondrement de la maison des Tête à Toulon, le 15 février 1989.
Effondrement de la maison des Tête à Toulon, le 15 février 1989. © Maxppp -

En début d’après-midi, vers 14h30, ce 15 février 1989, une explosion souffle quasiment intégralement la maison des Tête à Toulon, un immeuble situé sur la place à l’Huile. Le bâtiment est réduit à l’état de gravas, le bilan humain est lourd, 13 morts et 32 blessés. La maison des Têtes était un immeuble de cinq étages, datant du 18e siècle et décoré de sculptures de têtes sur la façade. Après l’accident, une enquête est ouverte et indique que l’explosion aurait eu lieu au troisième étage, où l’une des habitantes se serait suicidée au gaz.

La thèse du "missile fou"

En contradiction avec de nombreux faits, cette explication ne convainc pas les familles des victimes. La locataire du troisième étage n’était pas dépressive, personne n’a senti l’odeur du gaz, mais les témoins évoquent "une odeur de poudre". Les agents de GDF n’ont pas constaté d’incendie et ont confirmé l’absence de fuite de gaz. Au premier étage, et non au troisième, l’un des rescapés a raconté que sa collègue, postée à la fenêtre, "a crié un juron", comme si elle avait vu quelque chose dans le ciel, qui aurait provoqué l’explosion.

L’enquête présenterait certaines faiblesses selon les familles. L’expert de la police scientifique ne s’est rendu sur les lieux que le lendemain du drame. Autre fait troublant, les corps de certaines victimes, notamment celles du premier étage, ont été rendus aux familles sans leurs vêtements. Ces possibles indices ne leur seront jamais restitués et ne pourront donc pas apporter d’éléments complémentaires aux experts.

Les prélèvements sur des objets des victimes laissent apparaître la présence de métaux lourds qui peuvent entrer dans la composition d’explosifs. Des manœuvres militaires franco-américaines étaient en cours ce jour-là au large de Toulon, et selon les familles un missile aurait pu, par accident, venir exploser au premier étage de la maison des Têtes. C’est à cet endroit, dans un laboratoire de prothèses dentaires, que le corps d’une des victimes a été trouvé, très abîmé, avec des traces de titane, un métal rare qui entre dans la composition des missiles. Plusieurs témoins évoquent également un sifflement caractéristique d’un tir de missile.

Les doutes demeurent…

Deux ans après l’explosion, le rapport d’expertise est publié, il conclut que le gaz est à l’origine de l’accident. Les familles, regroupées en association, ont demandé et finalement obtenu une contre-expertise en mai 1992, après deux refus successifs. Mais plus d’un an après les experts n’ont toujours pas rendu leurs rapports.

En 1994, le procureur décide qu’il est inutile de conserver encore la maison des Têtes en l’état, la réhabilitation du bâtiment devient donc possible. Le juge en charge du dossier refuse le complément d’expertise en évoquant l’expiration des délais. L’hypothèse du suicide au gaz est abandonnée. Mais la Marine ne sera jamais entendue par la justice, malgré les suspicions d’un accident. Et la justice clôt le dossier sans explication. Elle ordonne un non-lieu, confirmé en appel un an plus tard.

Mais en 2014, après cinq ans d’enquête à la demande des familles, le journaliste Max Clanet publie "Blessures de guerre, comment l'affaire de la maison des Têtes de Toulon a été étouffée pour raison d'État" (aux éditions Le Spot) qui soutient la thèse de l’engin explosif. Il précise que certaines informations ont été classées "secret-défense". Les familles des victimes espèrent toujours connaître un jour la vérité sur cette affaire avec la levée du secret-défense, a priori pas avant 2089.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess