Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO | François Hollande promet de "détruire l'armée des fanatiques" et en appelle à "la jeunesse de la France"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Lors de son discours d'hommage aux victimes des attentats de Paris, François Hollande a promis "solennellement" de détruire l'Etat islamique ce vendredi. Il s'est adressé à la "génération" touchée par les attaques, l'invitant à affronter la "dureté du monde" en "inventant un nouvel engagement".

François Hollande lors de son discours d'hommage aux victimes.
François Hollande lors de son discours d'hommage aux victimes. © Reuters

Après plusieurs hommages musicaux et avant une Marseillaise chargée en émotions, François Hollande a pris la parole pour saluer la mémoire des victimes des attentats de Paris, ce vendredi aux Invalides. 

Dans un discours d'une quinzaine de minutes, le chef de l'Etat a d'abord "solennellement" promis "à tous" de détruire "l'armée des fanatiques qui ont commis ces crimes"

"La France agira sans répit pour protéger ses enfants" - François Hollande

"Dans un acte de guerre organisé de loin et froidement exécuté, une horde d'assassins a tué 130 des nôtres et en a blessé des centaines au nom d'une cause folle et d'un Dieu trahi", a dit François Hollande. "Nous ne céderons ni à la peur, ni à la haine, et si la colère nous saisit nous la mettrons au service de la calme détermination à défendre la liberté", a-t-il ajouté avant de s'adresser à la "jeunesse de la France".

Que la jeunesse "prenne pleinement en main l'avenir de notre Nation"

Car si les _"130 vies arrachées, les 130 destins fauchés" venaient "de nos villes, de nos banlieues, de nos villages [...] et aussi du monde", ils étaient pour plupart le reflet d'une "génération" de "moins de 35 ans""Cette génération est aujourd'hui devenue le visage de la France", a poursuivi François Hollande, l'invitant à affronter "la dureté du monde en inventant un nouvel engagement". "Je sais que cette génération tiendra solidement le flambeau que nous lui transmettons, je suis sûr qu'elle aura le courage de prendre pleinement en main l'avenir de notre Nation", a ajouté le président de la République, enjoignant cette "génération frappée" à être "lucide et entreprenante, à l'image des innocents dont nous portons le deuil"_.

"Le malheur qui a touché les martyrs du 13 novembre investit cette jeunesse de cette grande et noble tâche" - François Hollande

François Hollande a terminé avec une autre promesse, en affirmant que "la France restera elle-même, telle que les disparus l'avaient aimée, et telle qu'ils auraient voulu qu'elle demeure". "Nous multiplierons les chansons, les concerts, les spectacles, nous continuerons à aller dans les stades", a-t-il lancé sobrement. "C'est cette musique qui était insupportable aux terroristes, c'est cette harmonie qu'ils voulaient casser, briser, c'est cette joie qu'ils voulaient ensevelir dans le fracas de leurs bombes. Eh bien, ils ne l'arrêteront pas", a-t-il conclu.

Lors de la cérémonie, qui s'est ouverte sur "Quand on a que l'amour" de Jacques Brel pour s'achever sur la Marseillaise, les noms des victimes, et leur âge, ont été cités un à un pendant de longues minutes, dans un silence pesant. Des photos de victimes se sont succédé sur un écran géant. Familles et blessés ont assisté à la cérémonie sur la vaste tribune de 2.650 places, comble, érigée dans la cour d'honneur de l'Hôtel national des Invalides.

>> A LIRE AUSSI : VIDEOS | Chansons, Marseillaise : revivez les moments forts de la cérémonie d'hommage

>> TEMOIGNAGE | "Maintenant, le deuil peut commencer"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu