Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Le GCO, grand contournement ouest de Strasbourg

VIDÉO - GCO : l'eurodéputée Karima Delli sérieusement touchée par du gaz lacrymogène à Kolbsheim

lundi 10 septembre 2018 à 22:11 - Mis à jour le mardi 11 septembre 2018 à 9:25 Par Céline Rousseau et Olivier Vogel, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu Nord, France Bleu Picardie et France Bleu

Un nouveau face à face entre les gendarmes et les opposants au Grand contournement ouest de Strasbourg a eu lieu lundi soir à Kolbsheim (Bas-Rhin). Des gaz lacrymogènes ont notamment été envoyés. L'eurodéputée Karima Delli a été blessée.

Karima Delli, touchée par du gaz lacrymogène.
Karima Delli, touchée par du gaz lacrymogène. - Compte twitter - José Bové

Kolbsheim, France

Alors que la ZAD de Kolbsheim (Bas-Rhin) a été évacuée lundi matin, en soirée un nouveau face à face a opposé les forces de l'ordre aux opposants au Grand contournement ouest de Strasbourg. Non loin de la ZAD, au château de Kolbsheim 400 anti-GCO s'étaient rassemblés pour écouter les discours de deux eurodéputés venus soutenir leur combat : José Bové et Karima Delli. 

Je suis en colère, écœuré" - José Bové

Les manifestants, parmi lesquels des familles et des personnes âgées, ont été aspergés de gaz lacrymogène alors qu'ils s'avançaient vers la ZAD. La députée européenne (EELV), Karima Delli a reçu un jet de gaz lacrymogène en plein visage. Elle est restée à terre de longues minutes, souffrant de problèmes respiratoires, comme le montre cette vidéo tournée par Jacky Wagner, secrétaire général de la CGT dans le Bas-Rhin.

"Une violence inacceptable" a commenté José Bové qui l'accompagnait. "J’ai envie de dire au préfet d’Alsace : regardez ce que vous êtes en train de faire alors qu’on est pour le dialogue, pour la discussion, vous donnez des ordres absolument invraisemblables, ce soir je suis en colère, écœuré, c’est pas normal de faire ça, si c’est ça la réponse du préfet, ça m’inquiète".

Lundi matin, 500 gendarmes ont évacué la ZAD de Kolbsheim, sur ordre du préfet. Il n'y a eu ni blessés, ni interpellations. Vinci, concessionnaire du GCO a pu débuté les travaux de déboisement à Vendenheim. L'autoroute à péage de 24 kilomètres doit permettre de contourner Strasbourg par l'ouest. Elle doit être mise en service en 2021.

Tenir à distance les manifestants

Mardi matin, dans un communiqué, le préfet du Bas-Rhin, légitime le recours à la force : "vers 20h15, environ 150 manifestants se sont dirigés vers les parcelles évacuées le matin même, nécessitant l’intervention des gendarmes restés en sécurisation. Ces derniers ont alors fait usage d’une grenade lacrymogène à main pour tenir à distance les manifestants. Visées par des jets de projectiles, les forces de l'ordre ont ensuite fait usage à deux reprises de lacrymogènes par diffuseur afin d’assurer le retour au calme. Une vingtaine de gendarmes étaient présents au contact des manifestants à cet instant. Les services de secours n’ont procédé à aucune prise en charge médicale".