Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - Harcèlement de rue : une étudiante strasbourgeoise filme ses harceleurs

mercredi 29 août 2018 à 8:15 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Une étudiante strasbourgeoise a filmé et posté sur les réseaux sociaux le harcèlement de rue dont elle a été victime mercredi 22 août à Strasbourg. Elle souhaite ainsi dénoncer le quotidien de toutes les femmes.

Le gouvernement a lancé une campagne contre le harcèlement de rue en décembre 2015.
Le gouvernement a lancé une campagne contre le harcèlement de rue en décembre 2015. © Maxppp - Sébastien Jarry

Strasbourg, France

"J'ai agi spontanément, je ne m'attendais à un tel impact". Caroline, une étudiante strasbourgeoise de 24 ans a filmé mercredi 22 août le harcèlement de rue dont elle a été victime. 

La scène se déroule à 20h30 le mercredi dans le quartier de l'Esplanade à Strasbourg au pied d'immeubles. La jeune femme marche dans la rue quand un groupe de jeunes hommes l'interpelle "mais oui tu es mignonne". "On vient de me dire "baise ta mère" parce que je suis en jupe !" commente Caroline, la voix tremblante, dans la vidéo.

Montrer le quotidien d'une femme à Strasbourg"

Une semaine plus tard, postée sur le réseau social Facebook, la vidéo a été partagée 3.400 fois, plus de 1.500 personnes l'ont commentée. "J'ai été très surprise qu cela prenne une telle ampleur" raconte Caroline, contactée par téléphone. "Au départ je l'ai posté pour mes amis, pour qu'ils se rendent compte de ce que je vis au quotidien, comme beaucoup d'autres femmes."

"Il n'y a pas une femme à qui ça n'arrive pas", commente aujourd'hui Caroline. Sur Facebook, elle égrène son quotidien : "Un jour, un homme dans le tram m'a flanquée une énorme claque sur les fesses parce que je portais un legging. J'ai essayé de riposter, il s'est levé et m'a insulté de pute, de fille de pute pourquoi ? Car j'ai riposté. Riposté car j'ai essayé de me défendre. De défendre un corps, de défendre MON CORPS. MON CORPS A MOI. Notre corps". 

L'étudiante strasbourgeoise souhaite rester discrète. "Il n'y a aucune arrière pensée politique", précise Caroline.