Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - Il y a vingt-cinq ans, un glissement de terrain faisait quatre morts à La Salle-en-Beaumont

mercredi 9 janvier 2019 à 15:04 Par Denis Souilla et Véronique Pueyo, France Bleu Isère

Le 8 janvier 1994 avait lieu à La Salle-en-Beaumont (Isère), près de Corps, éboulement resté dans toutes les mémoires. Il avait emporté l’église du village, 7 maisons et avait fait 4 morts, deux couples, prisonniers de leurs habitations. Une catastrophe naturelle que personne n'avait prévue.

L'éboulement vu d'en haut
L'éboulement vu d'en haut -

La Salle-en-Beaumont, France

D'abord il y avait eu des pluies torrentielles, l'eau qui s évacue mal et se retrouve emprisonnée dans un massif rocheux et argileux. La montagne avait alors fonctionné comme une cocotte-minute qui explose. Et un million de mètres cubes de terre emportait tout sur son passage. Si le village a bien sûr été reconstruit depuis, le trou béant est toujours là dans le paysage. Marcel Vieux avait 42 ans en 1994, ses parents vivaient à 800 mètres de la catastrophe, il se souvient : "Mon père, âgé de 86 ans, avait été évacué par les secours en catastrophe, en pyjama ! Il était choqué, ne comprenait pas ce qui se passait. De nuit, on ne voyait rien. On n'avait pas compris que c'était très grave. On a pris la mesure du drame deux ou trois jours après quand on a eu le droit de retourner chez nous !"

Des adolescents donnent l'alerte et sauvent des habitants

C'est la nuit noire, les gens dorment, sauf quelques ados, réunis dans la salle des fêtes du village. L'un d'eux décide de rentrer chez lui et en sortant, il entend un bruit sourd, réalise que quelque chose d'anormal est en train de se passer. Il prévient ses copains et tous alertent la population. On les voit dans ce reportage de France 3 Alpes, d'il y a un quart de siècle.

En égrenant ses souvenirs, Marcel Vieux se souvient aussi de la famille du boulanger Raymond Fouilloud. Il raconte : "Avec son épouse, sa belle-fille et sa petite-fille, il était rentré vers 23 heures chez lui. Il avait remarqué que la terrasse de sa maison avait bougé. La famille se couche, mais lui reste éveillé, il n'est pas tranquille. Il entend alors un grondement, sort de chez lui et comprend que la maison est en train de bouger. Aussitôt, il réveille sa famille. Ils ont juste le temps de s'enfuir au-dessus de chez eux, pour échapper au pire !"

Au petit matin, les habitants découvrent l'ampleur de la catastrophe

"On est complètement abasourdis" — Marcel Grand, maire de La Salle-en-Beaumont en 1994

Reportage après les inondations et éboulement à La salle-en-Beaumont (8 janvier 1994)

"L'une des leçons que nous allons tirées, au-delà de la réparation à laquelle nous sommes contraints dans l'urgence, c'est une nouvelle politique de prévention dans tous les domaines. On n'empêchera pas les catastrophes naturelles, on n'empêchera pas les risques mais je crois qu'on limitera les conséquences et la gravité de ces catastrophes par davantage de prévention." — Michel Barnier, ministre de l'Environnement

Les autorités sont inquiètes. Une retenue d'eau s'est formée, à cause de l'éboulement et elles craignent qu'elle ne cède, noyant la commune. Les habitants sont donc évacués. Ils pourront rentrer chez eux, 48 heures plus tard.  Mais la catastrophe fera 4 morts, deux couples, emportés, chacun dans leur maison : Les Ferlat et les Gallego.

Lors de l'hommage qui leur avait été rendu, en 2014, pour les 20 ans du drame, Sylvie Gallego, leur fille, était émue aux larmes : "Nous avons bâti notre vie, sans nos parents. Mes enfants n'ont pas connu leurs grands-parents. On ne peut pas oublier. Mais je suis heureuse qu'aujourd'hui pour cette commémoration, il y ait autant de monde !"

Paul Ferlat, qui a perdu dans le drame son frère et sa belle-sœur, était là, lui aussi : "Je reverrai toujours cette image. Celle de la maison de mon frère qui était descendue au bas de la colline, et devant, il y avait toujours ce petit arbre... Et dessus, intactes, les jumelles de mon frère qu'il utilisait pour observer la nature."

Une maison détruite par la coulée de boue - Aucun(e)
Une maison détruite par la coulée de boue -

La village se reconstruit

"Non, non, je ne pars pas, on reste chez soi" — Un habitant de La Salle-en-Beaumont ne veut pas quitter sa commune après la catastrophe en 1994

Un habitant de La Salle-en-Beaumont témoigne

D'importants secours sont alors mobilisés. Des tractopelles pour déblayer les gravats, la boue, les pierres, les arbres. Des chiens d'avalanche sont aussi mis à contribution pour retrouver les victimes, René et Régine Ferlat et André et Michèle Gallego.

Cinq mois après la catastrophe, la commune commençait sa reconstruction

Un mémorial a été érigé à la Salle-en-Beaumont

Aujourd'hui encore, la montagne porte les stigmates de la catastrophe du 8 mai 1994 - Radio France
Aujourd'hui encore, la montagne porte les stigmates de la catastrophe du 8 mai 1994 © Radio France -

La vie a repris son cours. Marcel Vieux vit toujours à la Salle-en-Beaumont. A-t-il peur parfois que cela se reproduise ? Il répond : " Les scientifiques nous ont expliqué que l'on ne pouvait pas prévoir ce type de catastrophe qui n'arrive que tous les mille ans !"

Pour exorciser cet épisode tragique de sa commune, il a co-écrit un petit livre qui raconte cette histoire et que l'on peut trouver à la mairie.  "Nous avons rencontré beaucoup de personnes. Cela a été bénéfique pour tout le monde. Mais il est vrai que, aujourd'hui encore, quand vous dites que vous habitez à la Salle-en-Beaumont, il n'est pas rare que votre interlocuteur vous rétorque : Ah, oui ! c'est le village où il y a eu un énorme éboulement..."

Une stèle pour ne pas oublier les quatre victimes de l'éboulement - Aucun(e)
Une stèle pour ne pas oublier les quatre victimes de l'éboulement -
La Salle-en-Beaumont, en Isère - Radio France
La Salle-en-Beaumont, en Isère © Radio France - Denis Souilla