Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

VIDEO - "Je suis soulagée" dit la maire de Dax après sa convocation devant la justice

jeudi 2 août 2018 à 5:05 Par Paul Ferrier, France Bleu Gascogne

"Je vais enfin pouvoir me défendre", réagit Elisabeth Bonjean. La maire de Dax est convoquée devant le tribunal correctionnel de Bayonne le 20 décembre prochain pour répondre aux soupçons de favoritisme pour l'attribution d'un marché public en 2012. Une information France Bleu Gascogne.

Elisabeth Bonjean, maire de Dax.
Elisabeth Bonjean, maire de Dax. - DR

Dax, France

Elisabeth Bonjean sera à la barre des accusés le 20 décembre prochain au tribunal correctionnel de Bayonne. Elle sera jugée pour favoritisme et prise illégale d'intérêts. "Je suis soulagée de voir le bout du tunnel parce que je vais enfin pouvoir me défendre", explique la maire de Dax. En 2012, alors qu'elle était première adjointe, la société de conseil de sa sœur avait remporté un marché public pour l'office de tourisme de Dax. Une lettre anonyme avait été, par la suite, envoyée aux élus et avait lancé cette affaire de soupçon de favoritisme. 

"Mettre fin à 2 ans de suspicions illégitimes"

La maire de Dax semble être très sereine face à ce procès qui s'annonce : "Ce sera enfin pour moi, publiquement, l'occasion de savoir ce qu'on me reproche d'une part et mettre fin à deux ans de fantasme". 

La réaction complète d'Elisabeth Bonjean ici ↓