Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDEO - Journée justice morte à Metz contre le projet de réforme du gouvernement

jeudi 15 février 2018 à 17:01 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord

150 à 180 magistrats, avocats et personnels de justice se sont rassemblés, en chanson notamment, ce jeudi midi devant le palais de justice de Metz pour dénoncer le projet de réforme de la justice. Ce projet, selon le syndicat de magistrats USM, est sans ambition, pour faire des économies.

Manifestation ce jeudi de magistrats, avocats et personnels de justice devant le TGI de Metz
Manifestation ce jeudi de magistrats, avocats et personnels de justice devant le TGI de Metz © Radio France - Cécile Soulé

Mobilisation dans toute la France ce jeudi contre le projet de réforme de la justice. Une journée "justice morte" particulièrement suivie à Metz, où 150 à 180 personnes ont manifesté devant le palais de justice: des avocats mais aussi des magistrats et des personnels de justice. Tous se sont mobilisés contre cette réforme, en particulier en ce qui concerne la carte judiciaire. La réforme pourrait supprimer les tribunaux de grande instance de Thionville et de Sarreguemines et la cour d'appel de Metz. A Metz et Thionville, il y a eu aussi grève des audiences toute la journée.  

Beaucoup de robes noires et quelques robes rouges pour la cour d'appel barrent l'entrée du tribunal. L'image est rare. Magistrats et personnels de justice ont rejoint les avocats mobilisés depuis plus de deux mois, comme Me Demagny. Il s'en réjouit:  "Ces derniers mois, on avait un peu un sentiment d'isolement. De voir les magistrats et greffiers qui s'unissent à notre mouvement, ça montre qu'on parle d'une seule voix". 

On sait très bien ce que veut dire mutualiser les moyens - La présidente de la cour d'assises

Mobilisation en chanson notamment sur l'air de "On a tous en nous quelque chose de Tennessee" contre le projet de réforme qui pourrait, en Moselle, supprimer les tribunaux de grande instance de Thionville et de Sarreguemines et la cour d'appel de Metz. Vice-présidente du tribunal d'instance de Metz et représentante de l'union syndicale des magistrats, Anne Fabert dénonce une réforme sans ambition, pour faire des économies.  

Anne Cazals, présidente de la cour d'assises de la Moselle

Surtout que la justice manque déjà cruellement de moyens ajoute la présidente de la cour d'assises, Anne Cazals: "On sait très bien ce que veut dire mutualiser les moyens, ce n'est pas faire de 2 postes: 1+1 mais 1+1,5 voire 1 tout court. Alors que nous sommes déjà en sous-effectif chronique". Ce n'est pas un mouvement corporatiste assurent greffiers, magistrats et avocats. C'est pour défendre disent-ils une justice de proximité. Le projet de loi de la ministre de la justice devrait être présenté le 1er mars prochain.  

Reportage Cécile Soulé